Prix garanti bord champ (campagne 2023-2024): Cacao 1000 Fcfa/Kg;  Café  900 Fcfa/Kg

lundi 22 avril 2024
sys bannière
Finances Publiques
Société

Société (697)

Transport sous régional // Investie à la Représentation Résidente de la Cédéao// Koné Madouce (Cellule féminine Cscrao) lève le voile sur son projet

dimanche, 21 avril 2024 10:12 Written by Admin

« (…) Unir et organiser les femmes du secteur du transport terrestre, lutter contre les tracasseries faites aux femmes dans ce secteur, protéger et faciliter la libre circulation, organiser les épouses des chauffeurs, sensibiliser sur le strict respect du code de la route, encourager l’investissement des femmes dans ce secteur de sorte à accélérer leur propre autonomie, les sensiliser à n’exercer que le commerce autorisé ». Tels sont, entre autres, quelques objectifs et missions que s’est assignée Koné Madouce, la présidente de Cellule féminine de la Confédération des syndicats des conducteurs routiers de l’Afrique de l’Ouest (Cscrao). C’était le 18 avril 2024. C’était à l’occasion de son investiture à la Représentation Résidente de la Cédéao sise à Cocody en présence des responsables de plusieurs structures et organisations professionnelles. Au nombre de ceux-ci, les représentants de structures comme l’Oic, l’Oser, le Secrétariat régional de l’Itf.
Le Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, Chargé de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur était représenté par Diomandé Moussa.
Quant à Fanta Cissé, la Représentante Résidente de la Cédéao, elle s’est faite représentée par Mme Régina Bandé, qui a lu un discours d’anthologie en son nom. « (…) l’importance de l’intégration du genre n’est plus à démontrer dans les actions de développement. Toutes les couches, femmes, jeunes et hommes, ont chacune leur partition à jouer pour le rayonnement socio-économique, politique et culturel de nos communautés », a-t-elle dit.
Avant de spécifiquement se tourner vers la présente Madouce en ces termes : « (…) La mise en place de la Cellule féminine Cscrao / Synactt -CI, témoigne que ces organisations ont compris que le développement ne saurait être productif que s’il est inclusif. Madame la présidente, votre leadership, votre détermination et votre engagement seront d’indéniables atouts pour accompagner les femmes de ce secteur et également défendre leurs intérêts dans un domaine d’activité jusque-là considéré comme la chasse gardée des hommes », a-t-elle dit. Pour leur part, les autres intervenants, notamment les mandatés de l’Oic, l’Oser, le Haut Conseil, la CSCRAO masculine, ils ont tous souhaité bon vent à cette Cellule féminine, tout en prodiguant de nombreux conseils d’usages à la nouvelle promue. Qui, de son côté, a permis d’être à la hauteur des attentes placées en elle par ses consœurs.
Koné De Sayara

 

Bondoukou// Discriminations et harcèlement dans la vie universitaire // L'université de Bondoukou se dote d'un Observatoire

dimanche, 21 avril 2024 09:58 Written by Admin

Le président de l'université de Bondoukou, Professeur Ouattara Djakalia, a procédé le 17 avril 2024, à l'installation officielle d'un Observatoire de la Vie universitaire, dénommé Ovu, conformément au décret de création de ce temple du savoir.

En présence de ses proches collaborateurs et des membres de cet Observatoire, Ouattara Djakalia a exprimé sa satisfaction pour la mise en place de "cet outil important et précieux pour le bon fonctionnement de l'université", certes, mais aussi et surtout un outil « très attendu par le ministre de tutelle, le ministre Adama Diawara »

Selon une note à la presse du Sercom, L'Observatoire de la Vie universitaire vise à préserver les libertés individuelles, à combattre les violences à caractère sexuel, les abus, les harcèlements et autres comportements contraires aux libertés au sein de l'Université, a souligné le vice-président en charge de la Pédagogie et de la Vie universitaire, Professeur Sib Sié Justin. En somme, l’Ovu est chargé de contribuer à l’épanouissement psychologique et professionnel des apprenants et autres membres de l’Université, de prévenir les risques liés au travail. Il se donne également pour tâche de recevoir et traiter les plaintes relatives à tout harcèlement et à toute discrimination au sein de la communauté universitaire.
C'est pourquoi dans son adresse, le premier responsable de l'Université a exhorté les membres de l'Observatoire à jouer pleinement leur rôle et surtout à " travailler en toute confidentialité, et avec professionnalisme".
«Votre rôle est assez important pour la bonne marche de l'Université. Je voudrais compter sur votre professionnalisme, votre disponibilité. Prenez votre rôle au sérieux. Nous vous mettons en mission à compter de ce jour», a-t-il recommandé aux membres, tout en leur souhaitant "plein succès". Au demeurant, Professeur Ouattara Djakalia s'est réjoui de l'engagement des membres à œuvrer pour l'atteinte des objectifs de l'observatoire.
Quant à la présidente nouvellement nommée à la tête de l'Ovu, Docteur Tamia Adou, elle a rassuré l'assistance sur sa capacité, et celle de l'équipe qui l'accompagne, "à être à la hauteur des attentes".
Notons que l'Observatoire de la vie universitaire (Ovu) est constitué de 10 membres issus du personnel enseignant, du personnel administratif et technique, de la présidence et des représentants d'étudiants des différentes UFR. Le mandat des membres est de trois ans, renouvelable une fois, à l'exception des représentants d'étudiants dont le mandat est d'un an, renouvelable une fois. Les textes régissant l'observatoire seront distribués à qui de droit dans la localité de Bondoukou. Ouverte officiellement le 2 octobre 2023, l'Université de Bondoukou se veut d'être une université d'excellence et d'innovation. Elle est bâtie sur une superficie de 305 hectares.

Bamba Mafoumgbé ( Sercom)

Energies//Forum « CAP GREEN 2024 »// La Cgeci initie des réflexions sur le financement de l’économie verte

mercredi, 17 avril 2024 08:50 Written by Admin

La Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), en partenariat avec Africa energy transition service (AETS), organise du mardi 16 au mercredi 17 avril 2024, le » Forum CAP GREEN » , afin de mener des réflexions sur les investissements et le financement de l’économie verte dans le cadre de la transition vers les énergies renouvelables.

Pour le vice-président de la Cgeci, Lamine Koné, ce forum vise à rassembler tous les acteurs majeurs autour d’une tribune, qui servira à la fois de catalyseur d’échanges pour mieux comprendre les défis et mieux agir pour la transition écologique. CAP GREEN sert donc « de plateforme de collaboration multi-sectorielle, mais aussi de hub financier pour mobiliser des fonds pour des projets verts », a ajouté M. Koné.
La Cgeci entend créer des partenariats avec des investisseurs, afin d’exploiter diverses sources de financement. Elles espèrent également que cette plate- forme favorisera des initiatives novatrices telles que des transactions de crédits carbone, un portefeuille d’investissements pour l’adaptation climatique, des initiatives d’entrepreneuriat vert et une facilité pour accélérer la préparation des projets verts.

Le forum sera marqué par des panels, des ateliers sectoriels animés par des experts. Les thématiques concernent entre autres la transition climatique pour le secteur privé dans les pays en voie de développement, les obligations vertes et prêts verts, les crédits carbone, l’agro-industrie face aux défis de la décarbonation, les infrastructures écologiques et les leviers financiers verts adaptés.

Le thème de cette édition est « Cap Green, de la vision à la transition : structuration et accélération des mécanismes de financement et d’investissement verts ». Ces assises s’achèvent ce mercredi.
Ayoko Mensah ( Sercom)

Transports / /Célébration de la nuit du Destin// Abdoulaye Sylla (FENSC-CI) invite à prier pour les hautes autorités

lundi, 08 avril 2024 08:20 Written by Admin

La prospérité et le développement du secteur du transport routier restent une préoccupation majeure, aussi bien pour les autorités du pays, que pour les responsables d’organisations professionnelles qui l’animent. Au nombre de ceux-ci, Abdoulaye Sylla, le président exécutif national de la Fédération nationale des syndicats des chauffeurs de Côte d’Ivoire (FENSC-CI). Pour joindre ses soucis à la réalité, le n°1 de la plus grande faitière des chauffeurs de Côte d’Ivoire, ne manque pas les occasions de bénédictions. En effet, le dimanche 24 mars 2024, lors de la 4ème édition de la rupture collective du jeûne organisée par l’Association des jeunes d’Abobo centre (AJAC), où il était parrain, Abdoulaye Sylla, au –delà des importants dons, a demandé aux Imams de faire des bénédictions pour la prospérité du secteur du transport terrestre. « (…) Imams, au nom des membres de notre organisation ici présents et en mon nom personnel, je vous prie de faire des bénédictions pour le secteur du transport terrestre qui fait partie des principales colonnes vertébrales de l’économie de notre pays. Ce secteur a besoin de beaucoup de sagesse, de paix et d’entraide mutuelle pour son essor », avait-il laissé entendre, sous des applaudissements nourris. Le vendredi 5 avril, lors de la célébration de la nuit du Destin, le patron de la FENSC-CI a également confié ce secteur aux fidèles musulmans. « (…) Hommes de DIEU, Hommes religieux, nos gouvernants, avec à sa tête Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, s’est saigné pour notre secteur. Du renouvellement du parc-auto au développement des infrastructures routières en passant par les salvatrices reformes, il nous a tout donné. A notre tour, nous devons en faire bon usage. Ce qui, évidemment ne saurait se faire dans le désordre, les invectives et les palabres inutiles. Du coup, nous demandons vos clémences afin d’intercéder auprès du bon DIEU pour que tout cela cesse. Car, tous ces maux constituent des freins au dévalement d’un secteur d’activité. Un nouveau soleil doit apparaitre sur ce secteur afin de revigorer davantage l’économie du pays », a confié Abdoulaye Sylla. Pour qui d’ailleurs, l’élan de développement emprunté par ce secteur depuis la CAN, doit rester de mise. En toile de fond, le strict respect du code de la route en vue d’apporter une réponse positive aux nombreux accidents qui endeuillent à chaque fois le pays, en salissant la renommée d’un secteur qui tire pourtant le gros wagon de l’empois du pays. Abdoulaye Sylla a aussi demandé aux Imams de faire assez de bénédictions pour le Président Ouattara pour toutes ses actions de développement du pays.
Koné De Sayara

Cocody //Solidarité durant le Ramadan// Le Couple Zoumana Touré offre une copieuse rupture à la communauté musulmane

dimanche, 07 avril 2024 17:52 Written by Admin

La résidence d’El Hadj Zoumana Touré a Cocody – Palmeraie connu une ambiance conviviale le samedi 06 avril 2024. En effet, comme à l’accoutumée, le maître des lieux et sa sémillante épouse ont convié plus de 700 fidèles musulmans pour la rupture du jeûne. Pour ce faire, le généreux couple a mis les petits plats dans les grands afin de faire passer des moments inoubliables à leurs convives. Un service traiteur rompu aux arcanes de la cuisine a été dépêché et était aux petits soins des invités qui n’en demandaient pas mieux. Sous l’autorité spirituelle de son éminence le Cheikh Malick Konaté, la cérémonie a répondu aux attentes des nombreuses personnalités venues commémorer également la nuit de la destinée. Prières, Zikrs, psalmodies du Saint et noble Coran ont agrémenté cette cérémonie de haut vol spirituel. Des questions ont été posées à l’assistance par le dynamique maître de cérémonie afin de tester ses connaissances islamiques. Son éminence le Cheichk Malick Konaté a mis un point d’honneur sur la vitalité de la nuit de Lailathoul Kadr qui vaut à elle seule mille mois d’adoration. Il a insisté sur l’importance du partage et la solidarité pendant, avant et après le saint mois de Ramadan non sans faire des bénédictions spéciales pour toutes les autorités du pays avec à leurs têtes le président de la république, le dynamique directeur général du port autonome d’Abidjan et toute l’assistance. Il a prié pour que l’édition prochaine soit plus rayonnante et loué les immenses mérites d’El Hadj Zoumana Touré et son épouse Née Bintou Fadiga pour leur dévotion à Allah à travers leurs innombrables œuvres de charité à l’endroit de la communauté musulmane et des frères et sœurs d’autres obédiences. Quant à El Hadj Zoumana Touré, il a loué Allah pour sa magnificence non sans rendre un hommage déférent à son éminence Konaté qui l’honore de sa présence à chaque édition, illuminant spirituellement la cérémonie. Enfin, le cadre du Port autonome d’Abidjan a remercié tous ses collaborateurs qui ont fait le déplacement non sans exprimer sa profonde admiration au numéro un dé l’autorité portuaire qui est en Terre sainte pour louer Allah. Pour clore ses propos, le natif de Touba a remercié la nombreuse assistance et la presse venue en grand nombre pour lui témoigner son soutien. Vivement l’édition prochaine !
Sam-Ibrahim S. ( Correspondance particulière)

Port Bouet //solidarité durant le Ramadan// El Hadj Ibrahim Konaté offre 20 tonnes de vivres à la communauté musulmane

dimanche, 07 avril 2024 17:22 Written by Admin

Du riz, des pâtes alimentaires, du sucre, de l’huile du lait et des numéraires : c’est l’inégalé don fait hier samedi 06 avril 2024, au siège annexe du Rhdp par l’icône de la commune balnéaire d’Abidjan. En effet, le président El Hadj Ibrahim Konaté, Secrétaire départemental du parti logé à la rue Lepic comme à son habitude, n’a pas dérogé à la règle en cette période de pénitence et de partage. Dans l’élan de solidarité agissante cher à son illustre mentor le président Alassane Ouattara, il a encore soutenu de fort belle manière ses coreligionnaires. En plus de tous les départements que compte le parti présidentiel à Port Bouet, le généreux donateur a soulagé les autres habitants de la commune sans distinction de religion. Au nom du donateur, M Salif Ouattara, éminent cadre du parti et figure de proue de la lutte républicaine a rendu un hommage déférent à El Hadj Konaté qui est aux côtés de la population et des militants sans répit. Il a prôné la solidarité, l’union et la cohésion pour une victoire certaine lors des joutes électorales à venir. Il a demandé aux militants de continuer de soutenir sans relâche le président Alassane Ouattara dans sa vision du vivre-ensemble que perpétue le président El Hadj Ibrahim Konaté. Après le siège annexe, cap a été mis sur le quartier général où le mari des veuves et papa des orphelins a encore fait parler son cœur comblant ainsi plusieurs musulmans qui ont tenu à lui témoigner leur infinie gratitude. Notons que le donateur avait à ses côtés M Youssouf Konaté, cadre influent du parti présidentiel.
Sam-Ibrahim Sidibé ( Correspondance particulière)

 

Religion //Laylatoul-Qadr ou Nuit du Destin // Les vérités de l’Imam Saïd Konaté aux ivoiriens

samedi, 06 avril 2024 10:28 Written by Admin

« Foi et unité, clés des nations ». Tel était la thématique centrale de la nuit du destin ou encore Laylatoul-Qadr 2024 organisée par le Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires islamiques de Côte d'Ivoire (Cosim), dans la nuit du 26 au 27 avril 2024. La grande mosquée de la Riviera-Golf comme à l’accoutumée a été le cadre de cette nuit de grande spiritualité et d’interpellation à travers la thématique susmentionnée. D’ailleurs le thème a été déroulé à travers le pays dans tous les lieux de cultes et de rassemblement des fidèles musulmans. Prières, invocations, dévotion et recherche de la grâce divine ont marqué la nuit du destin qui se situe dans la dernière décade du mois de Ramadan et mieux parmi les jours impairs.

A cette occasion, le conférencier, l’imam Saïd Konaté a souligné qu’il est essentiel de promouvoir la foi et l’unité pour assurer le développement et le succès des nations dans un monde toujours interconnecté.

Selon l’imam Saïd Konaté, chef du département culture et communication au sein du Bureau exécutif national de la Ligue islamique des prédicateurs en Côte d’Ivoire (Lipci), la nuit du Qadr est une opportunité pour les croyants de renforcer leur élévation spirituelle et leurs engagements envers Allah.

Le succès des Eléphants à la Can 2023, à la lumière de « Foi » et « l’Unité »

L’imam a abordé le thème dans le double contexte de la mosaïque ivoirienne et le palpitant cheminement de la Côte d’Ivoire vers la victoire lors de la Coupe d’Afrique des nations de football (Can 2023).

Aussi a-t-il évoqué l’histoire de la Can 2023 comme un élément de preuve. « La victoire des Eléphants de Côte d’Ivoire a démontré l’importance, l’impact de la foi et l’union sacrée dans la réalisation d’un objectif commun (...) La foi a permis de transcender les différences pour former une seule et même équipe », a-t-il souligné. Et d’ajouter que cette cohésion a montré que l’unité peut être une arme redoutable dans la réalisation d’un objectif commun.

Pour l’Imam, il est indéniable que le soutien du peuple dans la foi et la cohésion, la fraternité a procuré une force supplémentaire aux joueurs qui se sont sentis portés par leur peuple. L’unité du peuple, dira-t-il, peut être une source de motivation et de force pour accomplir les grandes choses. A cela s’est ajouté un engagement de tous les leaders politiques du pays au-delà des clivages idéologiques. « Ils ont fait preuve de patriotisme face à un intérêt commun en apportant leur soutien et leur encouragement à l’équipe nationale », a fait remarquer l’Imam Saïd Konaté.

La foi qu’elle soit religieuse ou non représente une force motrice puissant qui peut fédérer les individus au sein d’une nation. La foi, a-t-il insisté, implique la reconnaissance de la diversité. « Lorsqu’un citoyen partage une vision et des principes porteurs cela crée une cohésion sociale et renforce le sentiment d’appartenance à une nation », a-t-il soutenu.
Selon le religieux, l’unité et l’union constituent une composante clé du succès d’une nation dans un monde globalisé où la vérité économique actuelle exige une coopération nationale et internationale renforcé pour faire face aux défis communs, des changements climatiques, des conflits régionaux ou des famines. Et de faire remarquer que les nations qui se mobilisent pour un même objectif et qui mènent des politiques concertées ont « certainement une voix plus concluante sur la scène internationale. »

Les croyants invités à cultiver l’union et à préserver l’entente...

Mais avant, l’imam, à la lumière des versets du Coran, a invité les fidèles à apprécier les nobles valeurs de l’unité et de la fraternité enseignées en Côte d’Ivoire se référant à la Sourate 3 Verset 103, Al Imran. Qui exhorté les croyants à cultiver l’union et à préserver l’entente entre eux. « Restez tous fermement attachés à la religion d’Allah sans jamais vous diviser. Souvenez-vous des faveurs d’Allah envers vous lorsque, ennemis les uns des autres avant l’islam, Il a uni vos cœurs si bien que, par Sa grâce, vous êtes devenus frères. Vous étiez alors au bord du gouffre de l’Enfer dont Il vous a sauvés. C’est ainsi qu’Allah vous expose clairement Ses enseignements afin que vous suiviez le droit chemin ».

Selon le conférencier, l’on comprend dès lors comment il est essentiel de demeurer uni et solidaire pour le bien-être collectif et pour l’accomplissement de « notre foi ». Quant à la Sourate 49 verset 13, qu’il a évoqué, cette prescription met en exergue la diversité des hommes et et précise que Dieu l’a fait dans un dessein bien précis. Ce verset, dira l’Imam Saïd Konaté met en lumière l’interaction entre les peuples, la compréhension et le respect mutuel. Et rappel que la grandeur d’un individu ne se mesure pas à travers sa richesse matérielle ni son statut mais bien par sa piété et sa droiture morale. « Ô hommes ! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand- Connaisseur », Sourate 49 verset 13.

Rappelons que Laylatoul-Qadr marque l’achèvement de la révélation du Coran au Prophète Mohammed (Psl). C’est la nuit la plus sainte de l’année révèle le livre saint de l’Islam et ce, à travers la Sourate 97, intitulé Al-Qadr. « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Nous l’avons fait descendre dans la nuit de Qadr, et qui te fera savoir ce qu’est la nuit de Qadr ? La nuit de la destinée vaut mieux que mille mois. Les anges et l’Esprit descendent avec la permission de leur Seigneur avec des ordres pour toute chose. Paix elle est jusqu’au lever de l’aube », Sourate 97, Al-Qadr.

25e dans l’ordre chronologique, la sourate 97 est composée de cinq versets. Elle décrit cette nuit valant « plus de mille mois. »

Pendant cette nuit, les croyants doivent prier et invoquer Allah. « Celui qui prie toute la nuit d’Al-Qadr par foi et piété, Dieu pardonnera ses péchés précédents », rapportent Bukhari et Mouslin deux exégètes de l’islam.
Plusieurs personnalités parmi lesquelles des ministres, les membres du cabinet présidentiel, les Chefs de missions diplomatique accrédités en Côte d'Ivoire ont pris part à cette célébration aux côtés du Vice-président Tiémoko Meyliet qui représentait, le Président de la République Alassane Ouattara.
B. M

 

Religion //Infrastructures religieuses en Afrique// La mosquée Mohammed VI d’Abidjan inaugurée

samedi, 06 avril 2024 09:42 Written by Admin

La mosquée Mohammed VI d'Abidjan a été inaugurée ce vendredi 05 Avril 2024 en présence de plusieurs autorités marocaines et ivoiriennes à Treichville quartier Biafra. Ce dans une ambiance emprunte de haute spiritualité et de concorde. En présence d’autorité politiques, administratives, religieuses et diplomatiques dont le Cheikh Al Aima Ousmane Diakité, président du Cosim.
L’édifice de la Mosquée s’étend sur une superficie de 25.000 m2 et comprend une salle de prière avec une capacité d’accueil de 7000 fidèles, une salle de conférence, une bibliothèque, un complexe commercial, des espaces verts, un pavillon administratif et un logement pour l’Imam, ainsi que d'un parking de grande capacité.
Les travaux, réalisés par des artisans marocains, ont obéi aux normes architecturales marocaines et traditionnelles.
« Ce joyau architectural que les mots ne sauraient décrire, traduit les liens séculaires et multidimensionnels entre la Côte d’Ivoire et le Maroc », a dit Drissa koné Koné, conseiller spécial chargé des affaires islamiques, représentant le Président de la République, Alassane Ouattara.
Il a souhaité que cette coopération solide qui se matérialise par des réalisations, que ce soit en termes de projet religieux ou infrastructures d'autres genres demeure longtemps.
« Le Président de la République tient à remercier Son Excellence le Roi du Maroc et tout le peuple marocain pour cette Mosquée qui traduit remarquablement la profondeur de la coopération entre les deux pays amis et les deux peuples frères », a-t-il indiqué.
Le Secrétaire général de la Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains, Mohamed Rifki, qui n’a pas dit le contraire, a ajouté que la mosquée Mohammed VI d’Abidjan, réalisée conformément aux Hautes instructions de sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, constitue un haut lieu pour la consécration des valeurs de tolérance et d’ouverture, prônées par la religion musulmane.
Poursuivant, il a fait savoir que cet édifice religieux est une marque d’affection pour le Royaume du Maroc envers la Côte d'Ivoire.
« Le discours de la tolérance et de reconnaissance que doit prôner la Mosquée, signifie le respect de I' autre, la consécration de la grande diversité des cultures que véhicule une société ouverte. La tolérance comme reconnaissance est un principe fondamental en Islam. C'est un devoir éthique et religieux. La tolérance émane de la reconnaissance de la dignité des êtres humains, et leur égalité fondamentale. Quand le Coran parle de la dignité, il faut l'appliquer à tous les êtres humains. L'lslam reconnait, donc, à tous les hommes, le droit à la vie, à la propriété, à avoir une famille, à défendre la dignité et la liberté de conscience », a fait savoir Mohamed Rifki.

Il a ajouté que « nous partageons tous des valeurs fondamentales, car nous sommes issus d'un même humanisme et d'un même héritage spirituel, vu que l'islam s'inscrit dans la continuité des religions précédentes et est appelé à coexister avec leur prolongement. Nos cultures, nos civilisations, puisent aux mêmes sources divines. Mieux faire connaître nos points communs, nos origines communes, c'est pouvoir reconnaitre et accepter les différences et les divergences. Nos cultures partagent le même fondement éthique d'incitation à la rencontre, à l'échange et au respect d'autrui », a-t-il reconnu.
Quant à Sem Abdelmalek Kettani, ambassadeur du Royaume du Maroc en Côte d’Ivoire, il a salué l’excellence des relations entre les deux pays.
« L'édification de ce lieu de culte exceptionnel, dédié à la Gloire de Dieu Tout-Puissant, est un geste d'une grande générosité de la part de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Que Dieu l'Assiste, envers la République de Côte d'Ivoire. À mes yeux, cela témoigne de l'affection indéfectible que notre Souverain porte à notre pays frère. Cette Mosquée incarne bien plus que des murs et un minaret imposant. Elle symbolise l'amitié profonde et les liens indéfectibles qui unissent le Royaume du Maroc et la République de Côte d'Ivoire. Elle témoigne de la forte volonté commune de nos deux nations de promouvoir la paix, la tolérance et le dialogue interreligieux, tant sur le plan continental qu’international », a dit le diplomate chérifien avant d’ajouter :« À travers cette Mosquée, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, Que Dieu l'Assiste, a démontré son engagement indéfectible envers la coopération et la solidarité entre nos pays frères et amis. Sa générosité reflète les valeurs d'ouverture, de partage et d'entraide qui caractérisent depuis toujours le Royaume du Maroc. »
La Mosquée Mohammed VI d'Abidjan ne sera pas seulement un lieu de culte, mais aussi un symbole de paix, de fraternité et de prospérité pour toute la communauté. Elle servira de lieu de rassemblement où les fidèles pourront se recueillir, se ressourcer et renforcer leurs liens spirituels. Ce sera aussi un havre de savoir, un pôle de connaissances religieuse et de partage fraternel. A noter que cette nuit, cette mosquée va enregistrer la célébration de la nuit du Destin.
B. Mafoumgbé

Environnement//Traitement des déchets Covid19 et médicaux //L’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire alerte sur des besoins

jeudi, 04 avril 2024 16:52 Written by Admin

Près de deux ans après la fin de la pandémie à la Covid- 19, la vague meurtrière de la maladie est certes passée, mais il faut continuer à traiter efficacement les déchets générés. Pour réussir le challenge, les besoins sont énormes et incompressibles. L’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire, qui joue un grand rôle dans la riposte depuis l’apparition du premier cas de la Covid-19 en Mars 2020, jusqu’ à ce que le gouvernement mette fin à la phase épidémique en Mars 2022, a besoin de moyens, de beaucoup de moyens pour continuer à collecter les déchets Covid-19 et médicaux, mais aussi les incinérer.

Les moyens reçus ont permis à l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire, de traiter de 2020, jusqu’ au 29 Mars 2024, environ 220 tonnes de déchets aussi bien de la Covid-19, de vaccination et d’activités de soins médicaux à risque infectieux.
Malgré cette performance, le Professeur Kouadio Kouamé, le responsable de la gestion des déchets médicaux au département environnement et santé de l’Institut Pasteur Côte d’Ivoire) /chargé du traitement des déchets Covid-19 est formel : « l’Institut Pasteur a besoin de soutiens et de moyens pour mener à bien lesdites opérations. Pendant la pandémie à la Covid-19, nous étions des « enfants gâtés ». Tout monde venait faire des dons. La Société nationale d’opérations pétrolières(Petroci), par exemple, nous a fait des dons pour en gaz et continue encore de le faire, pour incinérer les déchets Covid-19 et les autres déchets de laboratoire. Mais vous savez, les dons s’épuisent. Notre grand besoin aujourd’hui, c’est d’obtenir un véhicule utilitaire pour transporter les déchets des centres de collecte aux incinérateurs. Nous avons certes une dotation à partir du budget de l’Etat de Côte d’Ivoire qui continue d’appuyer l’Institut Pasteur dans la gestion des déchets sanitaires, mais un don de structures privées serait la bienvenue », dit-il.
A l’Unité de coordination des programmes de santé, Ucp Santé /Banque mondiale, un groupe de travail qui a été créé au ministère de la Santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle. « Ce groupe coordonne tous ceux qui travaillent dans la filière des déchets médicaux. C’est vrai que les déchets covid ont pris fin, mais, les déchets médicaux sont là. Certaines équipes engagées par l’Etat de Côte d’Ivoire, collectent les déchets médicaux et les acheminent vers l’Institut Pasteur. D’autres équipes sont à l’intérieur du pays comme à Bouaké, Korhogo, Odienné, Abengourou etc.. Par région, ils prennent les déchets aussi bien de la Covid, de vaccination et d’activités de soins à risque infectieux (catégorie 2) et les envoient dans les centres où il y a des incinérateurs afin de les traiter. », précise le Professeur Kouamé qui s’empresse d’ajouter que l’Ucp Santé/Banque mondiale appui aussi bien technique et matériel tous ceux qui travaillent sur la chaine de traitement des ordures sanitaires en question. L’appui est surtout en rénovation et maintenance des sites de traitement, en équipement, en maintenance curative et préventive des incinérateurs, en approvisionnement en combustible (gaz et carburant).
Le tonnage de déchets Covid 19 traités à ce jour.
« Au niveau de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire, quand nous faisons le point depuis la fin 2022, la quantité de déchets d’une manière générale a baissé. La raison, est que les centres de dépistages où l’Institut Pasteur a joué un grand rôle, ont fermé. La vaccination aussi. Les tests Covid 19 ne sont plus exigés. Nos activités ont donc chuté. Toutefois, cela ne voudrait pas dire que la maladie a disparu. Il faut continuer d’être vigilants, car le virus circule, même si nous avons une immunisation collective qui fait qu’on ne sent pas la maladie. Nous avons donc besoin d’aides en intrants comme le gaz. Au niveau de l’Institut, la dotation budgétaire pour l’achat de gaz pour l’incinération des déchets est insuffisante sur toute l’année. C’est vraiment peu. », déplore, le Pr Kouadio Kouamé, Maître de Recherche en santé publique et médecine préventive entre autres.

Les besoins de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire
Spécifiquement, pour la gestion des déchets hautement dangereux, l’unité a besoin d’un véhicule de type 4X4 bien fermé et dédié au ramassage des déchets médicaux issue des activités de soins et de laboratoire. En plus du combustible, elle a besoin d’équipements de protection personnelle durant les activités d’incinération d’une part, mais aussi et surtout de masques et de combinaisons pour les agents incinérateurs.
« Au début de la pandémie des personnes nous aidaient. Mais aujourd’hui, c’est l’Institut Pasteur avec l’appui de l’Ucp Santé et de Petroci qui apportent un appui technique à l’incinération des déchets », rappelle, le professeur de médecine Kouadio Kouamé.
Est-il possible de recycler les déchets que vous incinérez ?
Notre interlocuteur est affirmatif quand il dit : « il est possible de les recycler. La preuve, quand nous incinérons, nous récupérons la cendre qui peut servir à produire des pavés pouvant contribuer au revêtement des voies bien que les déchets médicaux ne sont pas en grande quantité. En ce qui concerne les ordures ménagères gérées par l’Anaged avec Ecoti S.A et Eco Eburnie, on peut en avoir un peu plus, pour fabriquer des pavés en grande quantité à condition de bien trier les déchets. »
Des structures comme la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci) à travers sa Fondation devrait aider pourquoi pas l’Institut Pasteur dans cette mission très technique de traitement et d’incinération des déchets de vaccination et d’activité de soins de soins à risque infectieux.
Bamba Mafoumgbé,Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Légende photo: Le professeur de médecine Kouadio Kouamé : « Environ 220 tonnes de déchets aussi bien de la Covid-19, de vaccination et d’activités de soins médicaux à risque infectieux. »

 

Santé//Fermeture des établissements privés illégaux // Le Cndh se félicite du démarrage effectif de l’opération d’assainissement

jeudi, 04 avril 2024 13:02 Written by Admin

« Le Conseil national des droits de l’homme (Cndh) salue les initiatives du Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle, en procédant à la fermeture de 87 cliniques fictives dans la Région du Guémon, et ce, dans le cadre de l’opération zéro clinique illégale d’ici fin 2024 », rapporte une note à la presse du Conseil national des droits de l’homme.
Pour rappel, aux termes d’une enquête relative au droit à la santé, réalisée du 25 juillet au 03 août 2022 dans les 31 régions administratives et le District Autonome d’Abidjan, le Cndh a relevé que sur 1464 centres de santé privés, 343 possédaient une existence légale, 99 exerçaient avec un agrément provisoire et 1022 ne disposaient d’aucune autorisation d’offre de service de santé.
Selon la note, le Cndh a notifié que, l’absence d’autorisation légale des autorités compétentes pour l’exercice de la médecine par ces centres, fait courir de graves dangers sur la santé, ce qui constitue une violation des droits de l’Homme.
« Le Conseil se félicite du démarrage effectif de l’opération d’assainissement dans le secteur de la santé, initiée par le Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle, à l’issu d’un contrôle qui s’est tenu du 25 février au 02 mars 2024, à travers la Direction des établissements privés et des professions sanitaires (Depps). En effet, les missions terrain de la Depps, ont permis, dans les départements de Duekoué, Bangolo, Kouibli et Facobly (Région du Guémon), de fermer 79 cliniques et de notifier à 08 autres des mises en demeure sur les 87 inspectées. », précise la source. La Président Namizata SANGARE du Conseil « invite les populations à la vigilance, en s’informant sur les normes en matière de santé, et encourage les autorités compétentes à poursuivre cette opération sur l’ensemble du territoire national. Cndh reste disponible à accompagner le gouvernement dans ses efforts pour une amélioration constante des droits des populations vivant en Côte d’Ivoire. »
Bamba M.

Page 1 sur 50

sys bannière