Prix garanti bord champ (campagne 2023-2024): Cacao 1000 Fcfa/Kg;  Café  900 Fcfa/Kg

mardi 16 juillet 2024
sys bannière

Interview//Professeur Aderehime HAIDARA, chef de service de neurochirurgie Chr de Bouaké, // «En Côte d’Ivoire, on fait la neurochirurgie pour la masse »

Facebook Twitter LINKEDIN
Interview//Professeur Aderehime HAIDARA, chef de service de neurochirurgie Chr de Bouaké, // «En Côte d’Ivoire, on fait la neurochirurgie pour la masse »

Considérée par le passé comme une spécialité coûteuse, la neurochirurgie est accessible à la grande masse en Côte d’Ivoire. Le Professeur Aderehime Haïdara, chef de service de neurochirurgie du Chr de Bouaké, lève un coin de voile sur cette spécialité… Interview
Professeur, c’est quoi la Neurochirurgie ?
La neurochirurgie est la spécialité chirurgicale dont le domaine d'expertise est le diagnostic et la prise en charge chirurgicale des troubles du système nerveux. Le système nerveux se divise en trois grands segments : le système nerveux central (cerveau, moëlle épinière, le cerveau c’est la boite crânienne et la moelle épinière c’est la colonne vertébrale. Notre spécialité, prend en charge toutes les pathologies qui vont survenir dans ces régions de l’être humain et qui vont nécessiter une prise en charge chirurgicale.
Elle devrait coûter cher ?
Avant, elle était considérée comme une spécialité n’était pas accessible. Mais en fait c’était des préjugés. Parce qu’on peut faire la neurochirurgie pour la masse. Nous avons parlé tout à l’heure des actions humanitaires qui nous faisons aux profits des enfants qui ont des malformations congénitales. Nous sommes près de 300 enfants que nous avons traités durant nos campagnes et ce sont des enfants qui proviennent de milieux défavorisés. Bref, c’est pour dire que c’est une chirurgie qui n’est pas réservée à une certaine catégorie de la population.
Qu'est-ce que l'arthrose lombaire ?
L'arthrose lombaire ou lombarthrose, est une maladie chronique liée à une usure du cartilage qui se localise au niveau des vertèbres lombaires, dans le bas du dos. Cette forme d'arthrose provoque des symptômes évoluant par poussées douloureuses et des phases d'accalmie sans douleur. A l’intérieur de la colonne vertébrale nous avons la moelle épinière et qui vont dans les pieds et les nerfs qui vous permettent de marcher, de faire des gestes. Souvent pendant la marche, il y a de ces douleurs qui font que votre périmètre de marche est réduit. Il est bon de préciser que la chirurgie ne règle pas toujours le problème de la douleur. Nous avons l’habitude de dire que le chirurgien n’est pas un magicien. Si vous venez trop tard, il va vous opérer mais il ne va pas régler votre problème. Nous prenons également en charge, les patients qui vont développer des tumeurs cérébrales et des tumeurs au niveau de la moelle. Sans oublier les problèmes de Avc.
Il ne faut pas oublier les pathologies chez l’enfant ?
Également, il ne faut pas oublier les pathologies de l’enfant. C’est la formation de véritables poches de pue au niveau de la boite crânienne qui est consécutive à une complication Orl d’une et les malformations au niveau du système nerveux. Ce sont des pathologies comme l’hydrocéphale qu’on voit chez des enfants avec des têtes monstrueuses
Ces pathologies sont telles fréquentes en Côte d’Ivoire ?
Elles sont fréquentes lorsqu’on se réfère au nombre de patients que nous recevons en consultation dans nos services et dans les urgences des différents Centres hospitaliers universitaires (Chu),de notre pays.Les pathologies neurochirurgicales sont méconnues. Le praticien n’a pas toujours le réflexe de prescrire un scanner ou un Irm a patient qui se plaint de fréquents maux de tête alors que ça peut être la manifestation d’un Avc d’une tumeur cérébrale ou à la présence d’un hématome dans la tête. Il faut penser à un système de prise en charge globale de sécurité sociale.
Revenons sur les cas des enfants qui ont des malformations ou hydrocéphales. On les trouve souvent à certains coins de rues de nos grandes agglomérations. Etes-vous à mesures de les traiter ?
Malheureusement c’est ce qu’on voit. C’est une malformation qui est fréquentes chez les enfants à bas âge. On n’est pas obligé d’attendre des complications pour nous solliciter. Il faut faire de la sensibilisation pour faire prendre conscience de l’existence de cette maladie. Nous avons dans ce sens mis en place une Ong qui s’appelle Aube Espérance qui a pour objectif à moyen terme d’amener à opérer gratuitement ces enfants.
Pour les travailleurs notamment au bureau.

Est-ce que certaines   chaises  utilisées  dans  des services   ne contribuent-elles  pas à causer certains maux ?

Certaines postures y contribuent et les positions assises également. Sans oublier les positions assises ou debout plongées aussi. C’est pour cela qu’il faut faire cette sensibilisation-là. Parce que le travailleur qui a mal au dos, c’est pour la vie. Il faut apprendre à vivre avec ça. Même si on vous opère, vous aurez souvent mal. C’est une question de suivi et d’hygiène de vie de la colonne vertébrale qui va vous permettre de gérer votre mal. En stabilisant la lésion et en ayant une bonne hygiène de vie, les gens arrivent à avoir une qualité de vie correcte.
Pendant combien de temps le travailleur doit rester assis ?
Certaines personnes s’asseyent depuis le matin et ne se lèvent que pour aller manger à midi. Non ce n’est pas bon. Toutes les deux heures, il faut se lever et marcher. C’est comme quand vous faites de longue distance en voiture. Quand vous parcourez une certaine distance, il faut marquer une pause. Dans les nouvelles voitures, il y a les fauteuils orthopédiques. Aussi, ces nouvelles voitures sont munies de systèmes de signalisation qui vous disent qu’à tous les cent Kilomètres, il y a un écran qui s’allume pour vous dire de faire une pause.
Votre commentaire sur cette collaboration avec vos collègues turques ?
C'est une très belle initiative, parce que nous avons commencé cette collaboration il y a environ deux ans J'ai eu l'occasion de me rendre dans les locaux de Liv Hospital pour me rendre compte des avancées technologiques qu'ils ont en matière de prise en charge médicale et dans certains domaines spécifiques, tels que la neurochirurgie et la neuro-oncologie. Nous avons également commencé à travailler sur certains de cas dont la tumeur cérébrale, la Scoliose. Aujourd’hui, la neurochirurgie est une nouvelle branche et Il y a des avancées dans notre spécialité. Nous avons établi avec eux ce partenariat pour accompagner la prise en charge de nos patients dans certains domaines spécifiques.
Présentez- nous la pratique de la neurochirurgie en Côte d’Ivoire ?
En Côte d'Ivoire, nous à ce jour, seulement 24 neurochirurgiens pour une population d'environ 28 millions d'habitants, ce qui donne un ratio d'un neurochirurgien pour 1,2 millions d'habitants et cette spécialité n'est pratiquée que dans trois villes du pays : Abidjan, Bouaké et Yamoussoukro. Sans nul doute que ce genre de partenariat viendra améliorer les choses, surtout qu'aujourd'hui nous constatons un léger engouement pour cette discipline où environ une vingtaine de jeunes neurochirurgiens ivoiriens sont en ce moment en formation, ce nombre viendra donc grandir celui de la Société ivoirienne de neurochirurgie dans les mois et années à venir.
Bamba mafoumgbé,Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Légende photo: Prof Aderehime HAIDARA Vp de la Société africaine de neurochirurgie en Afrique de l’Ouest: « En Côte d’Ivoire, nous avons un ratio d'un neurochirurgien pour 1,2 millions d'habitants »

 

sys bannière