Prix garanti bord champ (campagne 2023-2024): Cacao 1000 Fcfa/Kg;  Café  900 Fcfa/Kg

lundi 22 avril 2024
sys bannière

Sia20024// Respect de la Règlementation contre la Déforestation de l’Union Européenne (Eudr) sur le caoutchouc// L’Apromoc explique ses actions fortes à Paris

Facebook Twitter LINKEDIN
Sia20024// Respect de la Règlementation contre la Déforestation de l’Union Européenne (Eudr) sur le caoutchouc//  L’Apromoc explique ses actions fortes  à Paris

« Le caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire et sa mise en conformité avec la Eudr », c’est le thème d’une animée dans la mouvance du Salon international de l’agriculture de Paris,( Sia2024), par M.Sanogo Lamine, par ailleurs deuxième vice-président de l’Association des professionnels du caoutchouc naturel,(Apromac.)
Devant un public riche et varié, le Vice- président Sanogo, (selon un mémo de la présentation) a tenu à informer l’assistance de ce qui est prévu et mis en œuvre par l’Apromac, dans la perspective de l’entrée en vigueur de la Règlementation contre la Déforestation de l’Union Européenne (Eudr), fixée au 1er janvier 2025.
Selon, M. Sanogo, « pour la filière Hévéa de Côte d’Ivoire, la Règlementation contre la Déforestation de l’Union européenne (Eudr) représente une vraie opportunité de positionnement et de valorisation pour notre caoutchouc naturel. »
En effet, la chaine d’approvisionnement en Côte d’Ivoire est en général très courte. Elle comporte au maximum un intermédiaire. Par ailleurs, a-t-il préciser avec force que « l’hévéaculture en Côte d’Ivoire n’est pas classée parmi les cultures à haut risque de déforestation. Bien au contraire, c’est une culture qui contribue à la création d’un environnement forestier dans les écosystèmes dégradés et savanicoles. »
Pour répondre aux exigences de la réglementation contre la déforestation de l’Union européenne une initiative nationale pilotée par l’Apromac a été lancée et est en cours.
Les enjeux pour le caoutchouc de Côte d’Ivoire
« Le marché européen est un marché naturel pour la Côte d’Ivoire du fait de la proximité. Il constitue un débouché important pour l’écoulement de nos volumes (337 810 tonnes exportées en Europe en 2023, soit 20% de la production ivoirienne). La Côte d’Ivoire compte conserver cette part de marché, voir même la développer », a ajouté M. Sanogo qui n’a pas manqué de présenter le contenu de la règlementation en question.
L’Eudr comporte des obligations et des enjeux dont le Caoutchouc zéro-déforestation et le caoutchouc légal.
Pour y arriver, « il faudra s’assurer d’une part, de la traçabilité des approvisionnements des usines en caoutchouc de la plantation jusqu’au conteneur de produits finis afin de prouver que l’origine n’enfreint pas ladite, et d’autre part, s’assurer que le caoutchouc qui alimente l’usine provient de plantations conformes à la législation ivoirienne, notamment en ce qui concerne le droit du travail (absence d’enfants au travail, salaire décent des employés …).
Sans oublier la légalité d’exploitation des terres (législation en vigueur, certificat foncier, droit coutumier…) et la protection de l’environnement et de la forêt. Les plantations créées à partir du 31 Décembre 2020 doivent l’être hors des forêts classées ou autres aires protégées entre autres.
Les initiatives en cours pour la mise en conformité du caoutchouc de Côte d’Ivoire
Au niveau de la Côte d’Ivoire, a dit le conférencier, il y a des acquis et engagement de l’Apromac avant Eudr. Ce à travers la création de la centrale de gestion des risques qui était orientée traçabilité. Il a cité également la lutte contre la déforestation qui est matérialisée par la distribution de plants subventionnés exclusivement aux créations de plantations hors forêts et zone protégées.« Pour bénéficier des plants subventionnés il faut également prouver à l’Apromac la légalité de l’exploitation de la terre à travers une attestation signée par le chef du village et/ou le chef de terre. Nous avons également le géoréférencement de toutes les plantations d’hévéa au niveau national et la mise en place d’une base de données unique des plantations villageoises ainsi que l’adoption d’un référentiel de traçabilité commun. », a rappelé M. Sanogo.
Également, durant son exposé, il a fait cas de l’utilisation des outils satellitaires communs pour la veille (avec des cartes d’occupation des sols et émission des alertes déforestation) et le renforcement de la durabilité de la filière à travers les projets de développement durable de l’Apromac.
Ce n’est pas tout, il a parlé de la segmentation et de création de lots au niveau de la réception des matières premières à l’usine.
Des mesures ont été prise pour limiter les risques, démontrer le respect de la législation par les planteurs et la cartographie des risques liés à la durabilité par l’utilisation d’outils numériques. Sans oublier la Responsabilité sociétale entreprise : Rse (garantir le revenu du planteur, mener des projets à caractère social et communautaire...). Pour ne citer que ces actions vigoureuses et avangardistes au niveau de la Côte d’Ivoire.
Terminant et avant de se prêter aux questions de l’assistance, le deuxième vice- président Sanogo Lamine a dit qu’à ce jour, « grâce aux efforts des dynamiques acteurs de la filière, une proportion significative du caoutchouc naturel de Côte d’Ivoire est déjà conforme à l’Eudr. Ainsi, au regard des initiatives entreprises par l’Apromac et les acteurs usiniers, la Côte d’Ivoire garantit un approvisionnement du marché européen en caoutchouc naturel de bonne qualité, et respectueux des exigences de Eudr, au 1er janvier 2025 ».
Bamba Mafoumgbé,Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

sys bannière