Prix garanti bord champ (campagne 2023-2024): Cacao 1000 Fcfa/Kg;  Café  900 Fcfa/Kg

samedi 18 mai 2024
sys bannière

Covid-19// Variants Delta, Omicron….// Ils mélangent les prévisions de reprises économiques

Facebook Twitter LINKEDIN
Covid-19//  Variants  Delta, Omicron….//   Ils  mélangent les  prévisions de reprises économiques

En plus de l’impact de la pandémie à Coronavirus, sur  l’économie  mondiale, les variants du Covid-19, sont en train  de bouleverser toutes  prévisions de  croissance. Dossier…
 Un véritable  coup de gueule  de Cyril Ramaphosa, Président sud-africain, parlant du variant Omicron du Covid-19 qui sévit dans son pays. Lors  d’une visite  de travail,  le 2 décembre 2021 à Abidjan, le Chef de l’Etat sud- africain a dit que   les « interdictions de voyage qui ne sont basées sur aucune donnée scientifique ». Toute chose qui, selon lui, « impacte négativement le commerce, l’économie et le tourisme » C’est pourquoi, il a invité « tous ces pays qui ont pris cette décision d’interdiction de voyage » non sans les inviter  à reconsidérer leur position, et a demandé aux instances internationales de rendre les vaccins disponibles. De Marrakech, pôle touristique  mondiale par excellence  au Maroc, en passant par Durban en Afrique  du Sud  à  Abidjan, l’angoisse et le désespoir gagnent à nouveau voyagistes, hôteliers et le  secteur de la restauration.  Bref, tous les acteurs de la chaine des valeurs de l’industrie touristique  qui ont subi de plein fouet, l’impact  négatif  de la pandémie à Coronavirus  en début 2020  sont dans l’angoisse.  Le  variant Delta du Covid- 19 a  pesé pour beaucoup, dans le report  du Hadj 2021 dans le format habituel (Tourisme religieux),  le plus grand rassemblement annuel musulman en Terre sainte  d’Arabie Saoudite. Le deuxième report après celui de 2020 du fait de la pandémie sanitaire mondiale.  En moyenne, le hadj rapporte  entre 10 et 15 milliards de dollars par an. Soit plus de 5000 milliards à  7500milliards de Fcfa au Royaume saoudien.     À cette manne, il faut rajouter 4 à 5 milliards de dollars soit plus de 2 mille milliards à  2500 milliards de fcfa   apportés par les huit millions de pèlerins accomplissant la omra, un pèlerinage, non obligatoire, à La Mecque qui peut s’effectuer à n’importe quelle date de l’année (en dehors du hadj) et qui atteint un pic pendant le ramadan. Malheureusement, Covid-19, a mélangé toutes ces prévisions. Sans oublier les grands rassemblements artistiques et  sportifs,( Jeux Olympics, festival de Canne  qui ont soit été  reportés soit organisés à huit clos.    
 
Que dire de l’impact du variant  Omicron ?
 Du fait de l’apparition du  variant découvert en Afrique du Sud qui fait trembler le monde entier, les frontières de plusieurs pays se referment comme au début de l’année 2020. Ceux qui s’apprêtaient à les rouvrir renoncent à le faire. L’Afrique du Sud et ses pays voisins sont impuissants face à l’ostracisme dont ils sont de plus en plus victimes.  « Omicron a déjà des conséquences économiques. Le secteur de l'hôtellerie-restauration était déjà en grande souffrance, car directement impacté par les fermetures de frontières et autres restrictions prises depuis le début de la pandémie. En Côte d'Ivoire, aucun cas de variant n'a pour l'instant été détecté mais l'augmentation exponentielle des malades dans d'autres pays du continent inquiètent les gérants et patrons d'établissements » Rapporte  Radio France internationale,(Rfi) dans un reportage réalisé à Abidjan, sur le dossier. De l’avis de  Jean-Jacques Biandji, un  propriétaire de maquis  du quartier Blockhaus  l'Espace Port Royal, un restaurant qui draine près de 400 clients chaque jour en semaine. « La reprise est là(…) Mais le rebond de la pandémie et le nouveau variant Omicron lui font craindre le pire »  avant  de confier au  confrère de la radio française :   « Le nouveau variant peut couper les choses. Je crains un peu. On a repris à 70-80 %, mais avec le nouveau variant, si on doit encore fermer ce sera la catastrophe ». Quant à  Daniel Karbownik, le  directeur régional du groupe Accor pour l'Afrique de l'Ouest : « On commençait un petit peu à reprendre le cours des choses et on revenait à des niveaux qui s'approchaient à -15 voire- 10 % par rapport à 2019 et j'espère que ce nouveau variant ne va pas tout remettre en cause. Le risque, c'est que l'on retombe à une situation comme en 2020, et là, ce serait dramatique. Pour le reste, j'ai envie de dire "vaccinez-vous" et que très vite surtout l'Afrique puisse être dotée de toutes les doses de vaccin nécessaire pour vacciner les populations des différents pays d'Afrique ». Avec des pertes sèches de plus de 4000 milliards de dollars soit plus de 200 mille milliards  de Fcfa,   en 2021et plus de 70% de baisse de mobilité des touristes internationaux du fait des restrictions. Quid de la situation en Côte d’Ivoire ?   Les statistiques  de  l’Autorité nationale de l’aviation civile de Côte d’Ivoire (Anac), pour l’année 2020  ne sont  pas bonnes. Les chiffres  relatifs au niveau d’activité de l’industrie aérienne du pays en 2020,  révèlent une baisse remarquable du trafic aérien. Dans son rapport annuel de 2020 publié le vendredi 15 octobre 2021, l’organisme public garant de la sécurité aérienne et de la sûreté aéroportuaire indique que « le trafic passagers  2020 de l’aéroport Félix Houphouët Boigny (Fhb ) a chuté de 58,8%, comparé à 2019. Passant ainsi de 2 271 700 voyageurs à 935 130. Ce recul du niveau d’activité est attribué aux impacts de la crise sanitaire mondiale sur le secteur. Notamment aux restrictions de voyages en 2020 dont les conséquences se sont plus ressenties dans l’industrie aérienne ivoirienne durant le deuxième trimestre 2020, où le trafic passagers de l’aéroport Fhb qui frôlait la barre de 200 000 passagers par mois en période de fortes activités a fondu jusqu’à atteindre 2 156 passagers en avril 2020 » rapporte  l’Anac. Heureusement,  que  l’aéroport Fhb n’est pas fermé et les tests  Pcr se font sur  place  en   toute transparence et  pas de restrictions de voyager pour l'instant.   Toujours à Abidjan, Omicron, a  fait reporter sine die,  un important forum économique organisé par la  Banque africaine  de développement(Bad). En effet,  la  3è édition de l’Africa Investment Forum prévue se tenir du 1er décembre au 3 décembre 2021 sur les bords de la lagune Ebrié a été reportée à une date ultérieure.  « Avec l'augmentation des restrictions de voyage à l'échelle mondiale, en raison du nouveau variant du Covid-19 appelé Omicron, et les inquiétudes accrues en matière de santé et de sécurité, il est nécessaire, avec regret, de reporter l'événement. La santé et la sécurité de chacun passent avant toute autre considération », a  expliqué le Dr  Akinwumi Adesina.  Aussi, le président de la Bad a assuré que quand la situation sanitaire liée à la Covid-19 sera stable, l’événement sera organisé à Abidjan. Bien que l'Oms ait déconseillé l'adoption de restrictions de voyage, plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et des États de l'Union européenne, ont fermé leurs portes aux voyageurs en provenance d'Afrique du Sud, du Botswana, du Swaziland, du Lesotho, du Mozambique, de la Namibie et du Zimbabwe par crainte de la propagation de la nouvelle variante du virus qui cause le Covid-19.  D'autres sont allés plus loin : Le Maroc a suspendu l'arrivée des vols internationaux pendant deux semaines et Israël a interdit l'entrée des étrangers sur son territoire.  Selon la Banque mondiale, le tourisme qui demeure le 3e secteur exportateur au monde et représente 1/10e du réservoir d’employabilité selon la Banque mondiale, en dépit du bémol qu’implique la crise pandémique de la Covid-19.  Malgré  tout,  il faut voyager.  
Des prévisions de croissance compromises  
 Cela  passe par une réouverture intégrale  des frontières, notamment les frontières terrestres qui sont toujours  officiellement fermées depuis l’apparition des premiers de Covid-19  en Afrique de l’Ouest. La  session ordinaire du Conseil des ministres de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao)  tenue récemment   à Abuja au Nigeria, a mis la question de la réouverture des frontières au 1er janvier 2022 et de l'harmonisation de la reconnaissance des tests Pcr sur la table alors que certaines d'entre elles sont restées fermées depuis plusieurs mois à cause de la pandémie de Covid-19. Bref,   que ce soit aussi bien     Covid-19 que  ses variants sont  en train  de déjouer tous les pronostics. Par ailleurs,  le   Nigeria  dans  cette mouvance  a  décidé  de  suspendre les vols en provenance de la Grande-Bretagne, du Canada, de l'Argentine et de l’Arabie saoudite. L’annonce a été faite le dimanche 12 décembre 2021, par Hadi Sirika  ministre nigérian de l’Aviation.  « La mesure qui sera mise en œuvre cette semaine intervient en représailles à des mesures similaires qui ont ciblé Abuja, ces derniers jours. Comme plusieurs autres pays africains, le Nigeria a été placé sur la liste rouge de plusieurs pays européens et américains, en raison de l’apparition du variant Omicron de la covid-19 sur le continent »  rapporte la presse  locale.   Et pourtant,  «  après  s’être contractée  de 2,1% en 2020,le Produit intérieur brut réel africain devrait croitre de 3,4% en 2021, selon les anticipations du Fonds monétaire international(Fmi) et de 2,8% selon la Banque mondiale(Bm) dans son rapport de juin2021. Une reprise prévue devrait être s’appuyer notamment sur  une relance du tourisme, un rebond des  prix des Matières premières et la levée  des restrictions induites par la pandémie » indique l’ancien ministre,  l’ivoirien Adama Koné dans « Croissance économique en Afrique: Etat des lieux et perspectives à l'ère du coronavirus, l'expérience de la Côte d’Ivoire » Les  Edition Cerap, première, 2021
 
Bamba Mafoumgbé,Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. :  In LE TEMPS
Légende photo : ( photo aéroport Fhb) Allons –nous  un autre renforcement  des restrictions au niveaux des frontières à  travers le monde ?

 

 

 

sys bannière