Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

dimanche 25 octobre 2020
sys bannière
Société

Société (259)

Latest News

Axe Bonoua- Aboisso// Un véhicule de transfert de fonds attaqué// Plus de 334 millions de Fcfa emportés par des braqueurs

mercredi, 16 septembre 2020 23:18 Written by

Nous l’avons appris ce 16 septembre 2020 aux environs de 19heures. Selon plusieurs sources qu’un véhicule de convoyage de fonds a avait été attaqué sur l’axe Bonou- Aboisso. Aux environs de 22 heures 20mn , la plateforme WhatsApp Confrères journalistes mettait en ligne un document de la gendarmerie nationale donnant plus de précision sur ce film western. ( Voir texte doc)
Ayoko Mensah
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Compagnie Aboisso
Brigade Bonoua

Mes devoirs mon Général,

Honneur vous rendre compte que ce jour 16/09/2020 à 13H35, attaque à mains armées d'un véhicule fourgon de la société de convoyage de fonds (Brinks) immatriculé 4954 HT 01 au Pk 17 axe Bonoua - Aboisso. Selon dires des victimes, une dizaine d'individus armés de Kalachnikov ont barré la voie à l'aide d'un camion puis ont ouvert le feu sur le véhicule-fourgon. Malfrats après avoir dérobé la somme d'argent 334 millions de francs Cfa se sont fondus dans la broussaille.
*Bilan* :
- 01 mort (chauffeur du camion) non encore identifié.
- 02 blessés légers par balles admis à l'hôpital général de Bonoua (agents de Brinks); les nommés KONAN KOUASSI Desire, 45 ivoirien et ADI Tanon Koné Gildas, 44 ans ivoirien.
*Mesures prises :*
- La brigade a procédé aux constatations
- Éléments de l'Escadron mobile d'Aboisso et de la brigade Bonoua ont été déployés pour la recherche des malfrats.
Source : plateforme watsapp Confrères journalistes

Lutte contre la Covid-19// La Diaspora ivoirienne aux Usa fait un grand don

samedi, 05 septembre 2020 00:05 Written by

La Diaspora ivoirienne aux Etats-Unis d’Amérique (Usa), notamment les Ivoiriens membres du Mouvement national un coup KO pour le Rhdp, vient de prendre sa part dans l’élan de solidarité lancé par le gouvernement ivoirien, pour lutter contre la pandémie du coronavirus (Covid-19). En effet, le mercredi 2 septembre 2020, au cabinet du Ministre de la Santé et de l’hygiène publique, au Plateau, l’Ambassadeur Inza Camara, Délégué du Service de Promotion économique de la Côte d’Ivoire aux États-Unis, Canada et Mexique (Speci-Usa), a fait, au nom du Mouvement susmentionné, un don d’un respirateur et de kits de dépistage, d’une valeur de 5 millions de Fcfa. Le don a été réceptionné par Pr Acka Kassy Joseph, Directeur de cabinet du ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Aka Aouélé, empêché. « Suite au plan d’action mis en place par la Côte d’Ivoire et suite aux résultats obtenus, nos frères et sœurs des États-Unis ont décidé de prendre leur part et vous accompagner dans le formidable travail que vous faites pour la population ivoirienne. Modestement, ils m’ont chargé de venir faire quelques petits dons, dont un respirateur et des kits de dépistage. Ils m’ont mis en mission et c’est pour cela que je suis là. Tout en vous réitérant nos félicitations, veuillez les transmettre au ministre de la santé » a dit l’Ambassadeur Inza Camara. Le Directeur de cabinet du ministre de la Santé a promis d’utiliser à bon escient le don, non sans remercier la diaspora ivoirienne des Usa, pour sa participation à la solidarité nationale, dans le cadre de la lutte contre le covid-19.
Ayoko Mensah
Légende : Sem Inza Camara et le Directeur de cabinet du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique lors de la cérémonie de remise de don

 

Eau potable à Daoukro// Le château d’eau de Bédiékro va desservir plus de 2800 personnes

samedi, 29 août 2020 19:35 Written by

Le Premier Ministre, ministre de la défense, Hamed Bakayoko, a inauguré le samedi 29 août 2020, le château d'eau de Bédiékro (Daoukro), permettant à 2800 habitants d’avoir accès à l'eau potable. « Je suis heureux pour les femmes et les jeunes filles de Bédiékro et des localités environnantes. Ce château d'eau va atténuer leurs souffrances dans la quête de l'eau potable », s'est réjoui Hamed Bakayoko. Ce château d'eau, en permettant aux populations de Bédiékro, Akakro, Adjekro et de Martinkro de s'approvisionner en eau potable, met définitivement fin à la pénibilité des corvées, et à l’utilisation des eaux de puits et de marigots, sources de fréquentes maladies hydriques. Pour le Chef du gouvernement, cet ouvrage est une « action concrète de développement pour mieux vivre ensemble ». Il a affirmé que le gouvernement, dans son action, apportera des réponses aux attentes des Ivoiriens, à travers la disponibilité des services sociaux de base pour toutes les populations de Côte d'Ivoire, quelle que soit leur sensibilité politique. Ce château d'eau, d'un coût total de 265 millions de Fcfa a été entièrement financé par l'Etat de Côte d'Ivoire, à travers le fonds de développement en eau potable.

Ayoko Mensah

Légende photo : Le Premier ministre, ministre de la Défense, lors de l’inauguration du château d’eau de Bédiékro

Infos : Cicg

 

 

Yamoussoukro//Ecole supérieure du pétrole et de l’énergie (Espe) // Les admis connus reçoivent les félicitations du ministre Cissé

samedi, 01 août 2020 08:48 Written by

Le verdict est tombé ! Les résultats définitifs pour les admissions aux mastères économie et techniques de l’amont pétrolier & économie et techniques de l’aval pétrolier de l’ESPE sont maintenant disponibles en ligne sur le site www.espe.inphb.ci. Sur un ensemble de 315 candidats inscrits, 45 candidats dont 21 en Amont (3 étudiantes) et 24 en Aval (9 étudiantes), ont été conjointement sélectionnés par l’INP-HB et l’IFPSchool à l’issue d’un processus rigoureux et transparent. Ils intégreront en septembre 2020, l’Ecole Supérieure du Pétrole et de l’Energie (ESPE), située à l’INP-HB (Institut National Polytechnique Félix Houphouët-Boigny) de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire). La première étape, confiée au corps professoral de l’INP-HB, a consisté à sélectionner 80 personnes parmi les 315 postulants. L’accent a été mis sur une analyse minutieuse des dossiers de candidature, un test d’anglais en ligne et un test psychotechnique. L’autre étape a mis un point d’honneur à la sélection définitive. Il s’est agi pour les enseignants, cette fois, de l’IFP (Institut français du Pétrole), qui constituaient le jury final, de passer au peigne fin les dossiers retenus et de procéder à des entretiens individuels. C’est donc au terme de cette dernière phase que des candidats ont été retenus pour la rentrée à l’ESPE prévue en septembre 2020. Le ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, Abdourahmane Cissé, sur les différents supports numériques de son ministère, a tenu à féliciter tous les admis. Il les a exhortés à faire preuve d’abnégation et d’assiduité lors des différents cours qui seront dispensés. Fruit du partenariat entre l’INP-HB et l’IFP-School de Paris, l’ESPE délivrera deux Mastères professionnels, donc un double diplôme : Le Mastère Professionnel de l’INP-HB et le Diplôme d’Etudes Supérieures Appliquées (Grade Master) de l’IFP School, identique au diplôme délivré en France. La formation d’une durée de 16 mois, se fera en anglais et concernera les secteurs pétrolier et gazier. Précisément ‘‘Economie et Techniques de l’Amont Pétrolier’’ et ‘‘Economie et Techniques de l’Aval Pétrolier’’. L’ESPE dont les premiers accords de création ont été formellement approuvés en novembre 2019 par le Premier Ministre, feu Amadou Gon Coulibaly, a été mise en place conformément à la vision de SEM. Alassane OUATTARA afin de permettre d’avoir accès à moindre coût à des formations de qualité et de niveau international, sans aller à l’étranger. C’est le 10 février 2020 que l’appel à candidatures a été lancé. La fin des préinscriptions, prévue s’achever le 30 avril, a été prorogée au 15 juin du fait la pandémie de la Covid-19. Les résultats sont disponibles depuis le mercredi 29 juillet 2020 en ligne. Rappelons que différents tests ils ont eu lieu le 16 juin 2020.
Charles Kader
Légende photo : Le ministre Abdourahmane Cissé du Pétrole, de l’Energie et des énergies renouvelables

 

Afrique: Produit du tabac à risque modifié // Philip Morris International remporte une grande bataille

lundi, 13 juillet 2020 20:54 Written by

Au terme de 43 mois d’évaluation, l’Office de contrôle des produits pharmaceutiques et alimentaires (Food and Drug Administration- Fda) des Etats-Unis d’Amérique a autorisé, le 7 juillet 2020, la commercialisation, dans le pays, de Iqos, le système électronique de tabac chauffé de Philip Morris International (Pmi), en tant que « produit du tabac à risque modifié » (Modified Risk Tobacco Product ou Mrtp). Cette décision de la Fda des Etats-Unis est la première prise par l’agence pour accorder une telle autorisation de commercialisation d’un produit du tabac en tant qu’alternative électronique aux cigarettes. Il a estimé que l'Iqos pouvait contribuer « à la promotion de la santé publique et devrait profiter à la santé de la population dans son ensemble. » La décision de la Fda fait suite à une étude scientifique de plus d'un million de pages de preuves soumises par Pmi et est également motivée par des études indépendantes. L'agence fédérale  a conclu que les produits du tabac non combustibles tels qu’Iqos diffèrent des cigarettes en ce sens qu’ils réduisent l'exposition du corps aux produits chimiques nocifs ou potentiellement nocifs. Cette décision est cohérente avec les conclusions antérieures des organismes de réglementation et scientifiques, notamment ceux du Royaume-Uni, d’Allemagne et des Pays-Bas, qui ont constaté que le produit émet des niveaux de substances toxiques plus faibles que celles des cigarettes combustibles. Les résultats font état de la réduction des effets nocifs due à la technologie “heat-not-burn/chauffer sans brûler” qui procure de la nicotine aux fumeurs tout en réduisant de façon significative les risques liés à la combustion des cigarettes conventionnelles. Compte tenu du fait que le tabagisme tue plus de sept millions d’individus par an à travers le monde, la décision de l’Agence des Etats-Unis ouvre une opportunité d’améliorer la santé publique et contribue à la lutte contre le fléau mondial du tabagisme. Encourager le passage rapide à des alternatives telles que l'Iqos - pour les fumeurs adultes qui n'ont pas pu ou ne veulent pas arrêter de fumer - pourrait sauver de nombreuses vies. Le tabagisme gagne rapidement du terrain en Afrique et le nombre de décès ne cesse de croître. S’il est vrai que les taux du tabagisme ont baissé dans les pays riches, ils ont augmenté dans les nations pauvres. En Afrique subsaharienne, la consommation de cigarettes a augmenté de plus de 50% entre 1980 et 2016. Parmi les décès enregistrés chez les adultes africains causés par le tabagisme passif, plus de 60% concernent les femmes qui vivent et travaillent avec des fumeurs. Six leçons peuvent ainsi être tirées/apprises de la décision de la Fda et d’organes réglementaires similaires européens: 1. Une approche dogmatique de la lutte antitabac qui condamne tous les produits du tabac comme étant autant préjudiciables à la santé publique a peu de chances de réduire les méfaits du tabagisme dans le monde d'aujourd'hui; 2. Une réglementation fondée sur des observations concrètes qui reconnaît les nouvelles technologies de réduction de la nocivité pourrait aider à façonner des politiques publiques efficaces pour réduire les dangers du tabagisme; 3. L’industrie du tabac doit s'employer rapidement à cesser de fabriquer et de vendre des cigarettes combustibles ;4. Elle devrait baisser le coût des produits à risque réduit et les mettre à la disposition des fumeurs adultes en Afrique; 5. Les pays devraient prendre des mesures qui permettent d’inclure la réduction des méfaits du tabagisme dans leur arsenal de lutte antitabac et inciter l'industrie du tabac à trouver les meilleurs moyens de rendre les nouveaux produits largement accessibles aux fumeurs adultes qui ne peuvent pas ou refusent d’arrêter de fumer, notamment en augmentant les taxes sur les cigarettes conventionnelles tout en les baissant  de manière significative celles sur les produits à risque réduit; 6. Partout en Afrique, où l’âge moyen de la population est inférieur à 25 ans, des mesures très strictes doivent être prises pour empêcher que les mineurs aient accès aux nouveaux produits étant donné qu'ils se sont révélés être de meilleures alternatives mais présentent tout de même des risques. Dans un monde idéal, les humains éviteraient toutes les substances inutiles qui ont des effets négatifs sur leur santé. Ce n’est malheureusement pas le cas et ne le sera probablement jamais. Il faudra du courage et de la volonté politique. Toutefois, pour des raisons de santé publique, il est impératif d’adopter des mesures pour réduire les risques pour plus d'un milliard de fumeurs à travers le monde. 

Source : www. allAfrica.com

Par Sébastien Satigui Légende photo : Une   d’un produit Iqos de Pmi  

Nb : le titre est de la rédaction

Centre multisectoriel Mohammed VI de Yopougon// Une entreprise marocaine accompagne des étudiants ivoiriens

lundi, 06 juillet 2020 12:48 Written by

 En Côte d’Ivoire, les entreprises marocaines s'inscrivent dans la continuité des œuvres accomplies par SM le Roi Mohammed VI. Dernière illustration en date, la société « Comptoir d'Aluminium de Côte d'Ivoire », implantée à Abidjan, accueille, au sein de ses ateliers, une dizaine de stagiaires provenant du Centre multisectoriel de formation professionnelle Mohammed VI de Yopougon, inauguré en novembre 2017 par le Souverain, alors en visite officielle en terre d'Eburnie. Ces stages sont la déclinaison d’une convention que l'entreprise marocaine vient de signer avec la direction du Centre multifonctionnel que SM le Roi a bien voulu offrir aux jeunes de la Côte d’Ivoire. « Nous recevons dix (10) stagiaires dans notre entreprise depuis trois (03) mois. En accueillant ces jeunes, nous voulons faire partie du prolongement de l'action panafricaine voulue par SM le Roi en offrant cet institut de formation professionnel à notre pays frère, la Côte d’Ivoire », a dit le Dg de Comptoir d'Aluminium de Côte d'Ivoire, Saâd El Hamzaoui. A la faveur de ces stages, ces  jeunes techniciens ont appris la théorie et la pratique des métiers inhérents à l’Aluminium. Aujourd'hui, ils sont opérationnels sur le terrain. « Nous éprouvons une immense fierté de figurer parmi les premières entreprises à conclure un accord avec le Centre de formation multisectoriel », a ajouté le patron de Caci. Le Centre Mohammed VI de Yopougon traduit l'intérêt qu'accorde le Souverain à la jeunesse et à la formation et la qualification de l'élément humain, pierre angulaire de tout projet de développement, ainsi que sa volonté d'accompagner la Côte d’Ivoire sœur dans son élan de développement, en renforçant l'employabilité des jeunes et en promouvant leur insertion socioprofessionnelle. 

Ayoko Mensah Légende photo :  Saad El  Hamzaoui   du Comptoire d’ Aluminium ( à droite) lors de la cérémonie 

Santé : Dr Diamana Jean Yves, bio-médecin chercheur // « Il n’y a pas de maladie incurable(…) »

mardi, 30 juin 2020 23:39 Written by

Dr Diamana Jean Yves, bio-médecin chercheur était l’invité du rendez-vous de l’Association des chefs d’entreprises de la presse numérique de Côte d’Ivoire (Acepnuci) le samedi 27 juin 2020.  Juste avant,  dans son mot de bienvenue, Germain N’dri, président de la l’Association des chefs d’entreprises de la presse numérique de Côte d’Ivoire (Acepnuci) a justifié l’invitation du Dr. Diamana Jean Yves en affirmant que les membres de sa structure veulent faire « l’écho de ce nous avons entendu, lu et vu sur le jeune bio-médecin qui en si peu de temps, a fini par convaincre les plus sceptiques d’ici et d’ailleurs ». Le bio-médecin a entretenu les journalises sur le thème « la biomédecine face aux maladies dites incurables: Quelles solutions pour le bien-être des journalistes ? ». Devant un aréopage de journalistes rassemblés au siège de l’Acepnuci sis à Yopougon Maroc, Dr. Diamana Jean Yves a d’abord défini la biomédecine comme une science qui s’appuie sur des éléments naturels, utilisant des instruments scientifiques autant utilisés en médecine classique notamment l’imagerie médicale, l’échographie, utilisant des éléments de la biochimie sanguine pour faire des prélèvements des analyses en vue d’obtenir des ratios. « La biomédecine est une science exacte n’utilisant que des éléments naturels qui s’appuie que sur des ratios scientifiques en vue de venir à bout d’une pathologie », a-t-il défini. Pour le pratiquant de la biomédecine, ce qui diffère le bio-médecin du naturothérapeute ou tradipraticien, « c’est que dans sa structure, vous allez avoir une imagerie médicale. Il ne peut travailler sans résultat. Ce n’est pas une tentative, ce n’est pas une approche. Ce n’est pas des éléments approximatifs. Le bio-médecin est un individu (homme ou femme) qui exerce la médecine mais qui utilise les éléments naturels en s’appuyant sur des ratios scientifiques », a-t-il explicité. Abordant la thématique principale, Dr. Diamana a indiqué qu’une maladie dite incurable est une maladie décrétée par la médecine moderne comme non guérissable. Et bien pourtant, le chercheur dément cette thèse de la médecine classique. Sur ce point, il est formel. « Il n’y a pas de maladie incurable. Je refuse de soutenir une telle thèse. En Jésus, il n’y a pas de maladies incurables. Dieu ne peut jamais échouer », a-t-il clamé, s’appuyant sur le livre des Psaumes en son chapitre 101 verset 14. Selon lui, cette thèse est le business des « industries mafieuses ». S’adressant  aux  journalistes, le médecin a fait savoir que les hommes des médias sont avant tout une entité de la société qui est tout aussi exposé aux maladies. C’est pourquoi, il a estimé que les journalistes aient « toute la plénitude » de leur « capacité intellectuelle ». Face aux occidentaux qui pensent toujours assujettir les africains, Dr. Diamana a été on ne peut clair. « Nous ne sommes pas un continent d’échecs et de rebellions », a-t-il déclaré. Du haut de la tribune qui lui a été offerte, il a lancé depuis le siège de l’Acepnuci, ce qu’il a lui-même dénommé « la Science Afrique » qui est selon ses explications, « l’exercice de la médecine par des africains s’appuyant sur des éléments naturels. Des valeurs existent dans ce continent et dans ce pays. Je plaide auprès des dirigeants pour dire que nous sommes capables », a-t-il plaidé pour conclure.

 Ayoko Mensah Légende photo :  Une vue  de la table de  séance, lors   de la cérémonie.

 Source: Lepanafricain24. info

Lutte contre la Covid-19 à Dimbokro// Bilé Diéméléou distribue des milliers de kits d’hygiène à sa population

mardi, 30 juin 2020 15:59 Written by

Le maire de Dimbokro, Bilé Diéméléou Amon Gabriel, a indiqué qu’en plus de la sensibilisation des populations de sa commune au respect des mesures barrières, environ 10 000 cache-nez, 5 000 gants, 5 000 flacons de gels hydro-alcooliques, des thermomètres à infrarouges et plus d’une centaine de kits de lavage des mains ont été distribués. Il  était l’invité principal du point de presse quotidien du gouvernement sur le Coronavirus, le 29 juin 2020 à Abidjan-Plateau,  initié par le Cicg,  qui  a eu le 29 juin 2020 à Abidjan.  Le maire de cette commune peuplée de plus    de 62 000  qui n’a jusque- là enregistré aucun cas de Covid-19, Selon le maire, des dispositifs pour le lavage des mains ont été installés aux différents corridors de la commune, au Centre hospitalier régional (Chr), à la mairie, dans les services administratifs, marchés, gares routières, centres de santé, écoles, casernes, etc. A l’en croire, à Dimbokro, les marchés et commerces sont désormais ouverts de 6 heures à 14 heures. Et dans les 15 quartiers, les 30 villages et sur les marchés de la commune, des réunions d’information et de sensibilisation sont organisées avec les chefs de quartiers, de villages, les commerçants, les guides religieux, les associations de jeunesses et de femmes, sur le port systématique du cache-nez. Le conseil municipal a augmenté la dotation en carburant des Forces de défense et de sécurité, recruté de jeunes contractuels pour la gestion des équipements et le suivi du lavage des mains aux différentes entrées du grand marché, le lavage et la désinfection du grand marché. Et pour bien informer les populations, la radio locale, la Voix du N'ZI, diffuse des messages de sensibilisation contre la Covid-19 tant en français que dans les langues nationales. Enfin grâce au conseil municipal et avec le soutien de tous les cadres, des vivres et non-vivres ont été offerts aux populations et un soutien financier a été apporté aux communautés religieuses.  Ayoko Mensah Légende photo : Bilé Diemeléou Gabriel, maire  de Dimbokro. Il est très engagé  dans la lutte contre la Covid-19