Prix bord champs (Octobre 2022): Cacao 900 Fcfa, Kg;  Café  750 Fcfa Kg,  Hévéa 344 Fcfa; Anacarde 305 Fcfa

vendredi 9 décembre 2022
sys bannière

Cacao//Fin de l’ultimatum sur le Drd cacao // La mission confiée à l’Iccig par les deux régulateurs

Facebook Twitter Google LINKEDIN
http://afrikchallenges.info/administrator/index.php?option=com_k2&view=item#k2TabExtraFields http://afrikchallenges.info/administrator/index.php?option=com_k2&view=item#k2TabExtraFields

 L'Initiative cacao Côte d'Ivoire-Ghana (Iccig) appelle les entreprises à une action immédiate tout en s'engageant à développer conjointement un mécanisme de prix durable.   Une autre réaction conjointe qui intervient   au lendemain de l’ultimatum    que   les deux gros producteurs mondiaux avaient fixé aux industriels chocolatiers et qui a pris fin le 20 Novembre 2022.  Mais cette foi plus soft que les premières.  Visiblement et à lire entre les deux lignes, les deux parties finiront par s’entendre tôt ou tard dans cette « guerre du cacao ».    Selon une déclaration conjointe  signée des initiateurs    de l’Iccig en date du lundi 21 Novembre 2021,   il est écrit :    « Faisant suite à une déclaration du 8 novembre 2022 dans laquelle Le Conseil du café-cacao (Ccc), avec le soutien de l’Initiative cacao Côte d’Ivoire-Ghana (Iccig) et du Ghana Cocoa Board (Cocobod), invitaient  les industries du cacao et du chocolat à prendre des dispositions pour la reprise effective des achats conformément à leurs engagements, le vendredi 18 novembre 2022, l’Iccig ainsi que ses pays membres ont rencontré les entreprises du secteur du chocolat et du cacao pour faire le point sur la situation actuelle »  À cette occasion, poursuit la note,  le Secrétaire exécutif de l’Iccig Alex ASSANVO, le Directeur général du Ccc,  Koné  Brahima Yves, et le Directeur général de la Cocoa Marketing Compagny, Vincent AKOMEAH représentant le Directeur exécutif du Cocobod, Honorable Joseph Boahen AIDOO, ont noté « les efforts consentis par certaines entreprises et leur volonté de trouver de concert des solutions pour une production durable du cacao qui place les producteurs au cœur de cette stratégie.  »Face à cette situation, les trois structures « insistent sur la nécessité de travailler ensemble afin d’engager des actions concrètes plus tangibles de la part de toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur du cacao car, dans un contexte économique difficile, les producteurs ne devraient pas être seuls à absorber les coûts »  Car, ajoute la source, « un échec de l'industrie à montrer un plus grand engagement dans les tendances d'achat aura un impact extrêmement négatif sur la vie de millions de petits producteurs de cacao en Côte d'Ivoire et au Ghana, pour lesquels la cacaoculture est le seul revenu de subsistance qu'ils aient » La Côte d’Ivoire et le Ghana ont donc   réitéré la nécessité pour les entreprises de l'industrie cacaoyère de respecter la mise en œuvre du mécanisme du Différentiel de revenu décent (Drd) et de réaliser pleinement l'ambition de garantir une augmentation pérenne des prix bord champ pour le cacao dans les deux pays. « Au sortir de cette réunion avec l’industrie, l’Iccig, le Ccc et le Cocobod, constatant les efforts d’achats du cacao en appliquant le Drd et un différentiel d'origine pays positif de certaines entreprises, encouragent l’ensemble des industriels à passer à l'acte et à montrer qu'il croît sincèrement en une production du cacao durable. Pour aller vite et bien, sous l'égide de l’Initiative, un groupe de travail d'experts composé de représentants des pays membres et de parties prenantes du secteur du cacao a été mis en place afin d'étudier des solutions permettant de mieux résoudre certains problèmes et de garantir un mécanisme de prix durable sur le long terme.  Les deux pays producteurs terminent la note, « engagent ce groupe à fournir des recommandations d'ici la fin du premier trimestre de l'année 2023 pour trouver des solutions durables »   Ayoko Mensah  

sys bannière