Prix bord champs (Octobre 2022): Cacao 900 Fcfa, Kg;  Café  750 Fcfa Kg,  Hévéa 344 Fcfa; Anacarde 305 Fcfa

vendredi 9 décembre 2022
sys bannière

Le Pm Patrick Achi :// Dialogue avec le secteur privé // « Les relations entre les secteurs public et privé ont été toujours fortes et régulières… »

Facebook Twitter Google LINKEDIN
Le Pm Patrick Achi :// Dialogue avec le secteur privé // « Les relations entre les secteurs public et privé ont été  toujours fortes et régulières… »

Le Premier Ministre ivoirien, Patrick Achi, a réitéré le 21 novembre 2022 à Abidjan, la volonté du gouvernement de continuer de bâtir avec le secteur privé un partenariat fort pour le développement du pays. « Les relations entre les secteurs public et privé ont toujours été fortes et régulières. Elles deviennent beaucoup plus fortes parce que le Président de la République a exprimé cette volonté. Il faut que nous allions main dans la main, parce que les ressources que l’Etat utilise pour les investir dans les infrastructures sociales et donner une vie décente aux populations viennent du secteur privé », a soutenu le Premier Ministre.
C’était à la faveur d’une conférence de presse qu’il a prononcée sur le bilan de l’action gouvernementale en 2022 et les perspectives du programme 2023.
Pour le Chef du gouvernement, aucun Etat ne peut se développer de façon durable, si son secteur privé ne croît pas suffisamment vite. Ce qui explique la redynamisation du cadre d’échanges entre le gouvernement et le secteur privé. « C’est ce qui justifie qu’à chacun de nos séminaires, on reçoit les acteurs du secteur privé, on discute avec eux (…) Nous sommes dans un système gagnant-gagnant, où ils ont besoin de nous et nous avons besoin d’eux, pour qu’ensemble nous développions le pays. Nos relations sont au beau fixe et continueront de l’être », a affirmé Patrick Achi.

Parlant de la question de l’employabilité, le Premier Ministre a indiqué que bien que construisant des universités à travers le pays, l’Etat ne peut pas trouver de débouchés pour chacun des diplômés. Ainsi, face à la problématique des docteurs non recrutés, il a évoqué la possibilité de reconversion comme solution. « C’est un problème de mentalité que nous avons dans le pays. Vous n’êtes pas obligés de faire le travail pour lequel pour avez obtenu le diplôme. Vous avez la possibilité de vous reconvertir », a-t-il conseillé.
Et d’ajouter que l’Etat ne peut embaucher qu’une partie des diplômés (soit entre 15 000 et 17 000 sur plus de 400 000 diplômés qui sortent chaque année). Ainsi, il offre aujourd’hui dans ses programmes la possibilité d’une reconversion pour aller dans le secteur privé. C’est pourquoi, a-t-il poursuivi, il fait du développement du secteur privé une priorité absolue de son gouvernement. « Le secteur privé est le creuset principal de recrutement des jeunes que l’on forme », a insisté Patrick Achi.

Pour le Chef du gouvernement, le souci majeur du gouvernement ivoirien, est de pouvoir insérer, grâce au secteur privé, cette jeunesse talentueuse, créative, dynamique dans la vie active. Et ce, afin qu’elle puisse mener une vie décente et épanouie dans un environnement de paix et de stabilité nécessaires au développement du pays.
Le combat du gouvernement contre l’inflation
Aussi, il a indiqué que le gouvernement a pris des mesures fortes pour atténuer l’impact de l’inflation mondiale sur les populations ivoiriennes. « Face à une inflation mondiale jamais observée récemment, causant dans tous les pays une réduction des prévisions de croissance, nous ne sommes pas restés passifs. Nous avons su réagir vite et avancer. Sous l’égide du Président de la République, Alassane Ouattara, et grâce à la dynamique de croissance qui a été créée dans le pays, le gouvernement a pris des mesures fortes, pour atténuer l’impact sur les populations ivoiriennes de cette crise mondiale », a déclaré Patrick Achi.
Selon le Chef du gouvernement, la Côte d’Ivoire a maintenu l’accessibilité des carburants avec un plafonnement du prix à la pompe, grâce à une subvention de l’État. Il a ajouté que cette politique de soutien au pouvoir d’achat s’est manifestée dans la hausse du prix du cacao et la fixation du prix de la noix de cajou, dans le plafonnement du prix des principaux produits, d’une amélioration sans précédent des traitements des salaires des fonctionnaires et agents de l’État.

A l’en croire, grâce à cette action vigoureuse, le pays atteint deux objectifs clés. D’une part, préserver le pouvoir d’achat de nos populations et contenir l’inflation à un peu plus de 6% contre 8,5% en moyenne dans la zone communautaire. D’autre part, maintenir une croissance forte en 2022 pour la Côte d’Ivoire, attendue à 6,8%.

Le Premier Ministre a, par ailleurs, indiqué que la transformation structurelle de l’économie est l’un des chantiers clés de la "Vision 2030" du gouvernement. Il s’agira de moderniser l’agriculture, développer le secteur industriel et tertiaire pour dynamiser un tissu d’entreprises, source d’investissements et d’emplois nombreux, créateur de valeur-ajoutée.
Au final, il a rappelé, entre autres, le renforcement du partenariat État - secteur privé, la réduction des délais de paiement des fournisseurs de l’État, ramenés à moins de 30 jours et une politique soutenue d’aménagement du territoire pour désengorger Abidjan.
Bamba Mafoumgbé

 

sys bannière