Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

mercredi 17 août 2022
sys bannière

CI-Economie//Emergence des champions nationaux // Le secteur privé ivoirien attend du concret…

Facebook Twitter Google LINKEDIN
CI-Economie//Emergence des champions nationaux //  Le secteur privé ivoirien attend du concret…

La liste des entreprises éligibles à la catégorie de champions nationaux ivoiriens n’est pas encore publiée par le gouvernement, certes, mais le dossier suscite beaucoup d’espoir et de réactions. C’est dans ce sens que le secteur privé ivoirien a soumis ses requêtes au Président Alassane Ouattara.
Citons : La valorisation du contenu local ou Local content, le choix dans les marchés étatiques, l’accompagnement de l’Etat avec des mesures adéquates et l’aide financière
Bien avant, la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci) avait produit une sorte de « livre blanc » intitulé : « Construire et accélérer l’émergence des champions nationaux ». Un document produit avec la facilitation de Entrepreneurial solutions paternes (Esp).
Ce précieux bréviaire produit en novembre 2015 et qui tient sur une trentaine de pages, campe bien les attentes du secteur privé ivoirien.
Dans le sommaire exécutif, l’on peut lire : « Un consensus fort existe autour de la nécessité de bâtir les champions nationaux dans les secteurs stratégiques de l’économie ivoirienne. Comme le démontrent les expériences des pays émergents tels que la Turquie, le Maroc et le Brésil. Les champions nationaux doivent être au cœur de l’émergence… »
Plus loin, il est écrit que dans le contexte de la Côte d’Ivoire, « un champion national, est une personne morale dont l’actionnariat et le centre de décision doivent être contrôlés par des Ivoiriens. Ces entreprises doivent figurer parmi les cinq premiers de leur secteur d’activité et disposer d’une expérience démontrée dans leur domaine d’activité. Enfin, les champions nationaux doivent être des entreprises responsables disposant d’éthique et de gouvernance ».
En montant « construire et accélérer l’émergence des champions nationaux », l’objectif du patronat ivoirien, était d’avoir à contribuer à l’horizon 2020, à l’émergence de 65 champions nationaux.
«Plus particulièrement, nous visons la présence de 15 champions nationaux disposant d’un chiffre d’affaires de plus de 25 milliards de F Cfa, soit trois par secteur prioritaires de l’émergence d’au moins 50 champions nationaux disposant d’un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards de F Cfa », précisent le patronat ivoirien.
Ils mettent en lumière cinq grappes prioritaires du Programme national de développement (Pnd) qui sont en quelque sorte des niches où doivent éclore nos champions. Ce sont les Bâtiments et travaux publics (Btp), l’immobilier, les transports et la logistique, les services financiers, l’agriculture et l’industrie. Ces secteurs sont les cinq domaines prioritaires autour desquels, la CGECI a décidé d’articuler sa stratégie.
Pour atteindre les objectifs, les patrons ivoiriens sollicitent une volonté politique affichée. Car, on ne peut créer des champions nationaux, en l’absence d’une volonté politique forte.
En Côte d’Ivoire, les opérateurs économiques aimant le goût du risque. Au fil des années, ils ont acquis une somme d’expériences dans leur secteur d’activité. L’Etat ivoirien aussi fait des efforts pour soutenir le secteur privé mais cela ne suffit pas pour l’éclosion des « Ali Dangoté et Tomy Mellu ivoiriens ».
En parcourant le livret en question qui date (2015), d’avant la pandémie de Covid- 19, l’on se rend bien compte, que le secteur privé ivoirien attend bien plus d’efforts de la part de l’Etat. Alors que ça fait bientôt huit ans qui les chosent trainent…
Les promesses du gouvernement ivoirien
Qu’est ce qui coince dans la publication de la première liste de champions nationaux répertoriés par le gouvernement de Côte d’Ivoire ? Et pourtant, courant 2019, Coulibaly Adama, ministre de l’Economie et des finances, avait donné la bonne nouvelle.
Il y a quelques années, devant le secteur privé ivoirien, à l’Hôtel ivoire, il avait dit : « Notre objectif est de favoriser l’émergence de champions nationaux, en vue d’optimiser l’effet multiplicateur de la création de richesse nationale. Au-delà du principe, nous tous avons initié le processus depuis le début du second semestre 2019. Ainsi, nous avons pu arrêter une première liste multisectorielle de 29 entreprises éligibles au statut de champion national, recueillir les attentes de chacun des candidats, initier l’analyse rigoureuse de ces attentes et celles qui seront retenues feront l’objet de contrat de performances autour d’objectifs de développement ».
Puis, plus rien ! Mystère et boule de gomme! Devant cet état de fait, la CGECI a relancé le gouvernement ivoirien avec quelques requêtes.
Le Président Alassane Ouattara dans son message à la Nation du 31 décembre 2021 avait dit : « Notre seconde priorité pour cette année 2022 est l’emploi des jeunes et des femmes. Un accent particulier sera mis sur l’emploi de nos filles et de nos fils. Pour ce faire, le secteur privé fera l’objet d’une attention particulière et nous allons intensifier son développement par la promotion et l’émergence de champions nationaux. Nous mettrons en place un programme pour accompagner et promouvoir le financement de nos Pme, de nos startups et de nos jeunes entrepreneurs. Nous travaillerons avec le secteur privé pour réduire les délais de paiements aux entreprises. Nous poursuivrons, comme nous l’avons fait dans le secteur pétrolier et gazier, la promotion du contenu local, afin de faire émerger des champions nationaux dans les domaines clés de notre économie. »
Il faut passer aux choses concrètes
Mais qu’est ce qui coince dans le processus enclenché depuis bientôt trois ans ? Qui bloque le dossier? Selon une source du Palais Présidentiel, « Ouattara est de bonne foi dans son annonce. Il s’étonne que le dossier ai pris du grand retard dans sa mise en œuvre (…) d’ailleurs Il ne cache pas sa colère (…)».
Le Chef de l’Etat ivoirien vient de séjourner en Afrique du Sud, où il a été reçu par son homologue Cyrille Ramaphoza, Chef d’Etat de la Nation arc-en-ciel. Six contrats ont été signés entre les deux pays.
Ramaphoza, lui – même, est un champion national bien connu en Afrique, dans le secteur de la téléphonie mobile avant de devenir Président de la République.
Certainement que Ouattara s’est bien fait une idée précise du concept de champion national et passera bientôt au concret pour répondre favorablement à cette attente des soldats de l’économie.
Source : www.allafrica.com
Nb : Le titre est de la rédaction

A