Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

lundi 26 septembre 2022
sys bannière
Finances Publiques
Economie

Economie (484)

Ci- Electricité//Journée de l’innovation2022// La transformation digitale de la Cie exposée aux clients

vendredi, 23 septembre 2022 20:36 Written by

Le Jeudi 22 Septembre 2022, à l’espace Latrille Event deux plateau à eu lieu la Journée de l’innovation organisé par la Compagnie ivoirienne d’électricité (Cie), à l’initiative du Directeur général M. Ahmadou Bakayoko.  
Face aux exigences de la clientèle et des challenges qui en découlent, la Cie entreprise de référence engagée dans un vaste processus de transformation digitale, a développé des produits et services innovants afin d’améliorer l’expérience client.  La journée de l'innovation Cie a été le rendez-vous où l’entreprise a présenté aux clients, aux partenaires, aux institutions, à la presse et au Grand public publics les évolutions apportées à ses processus internes à court et moyen terme, afin de mieux répondre aux attentes de sa clientèle. Au cours de cette journée, le concessionnaire de la fourniture du service public de l’électricité en Côte   d’Ivoire a présenté plusieurs thématiques à l’endroit des personnalités présentes et des médias locaux.
M. Ahmadou Bakayoko lors de son introduction a tenu à remercier toutes les personnes présentes. Il a toute suite rappeler l’importance de la satisfaction clientèle pour la Cie.« Nous travaillons au quotidien sur différents domaines pour améliorer nos processus internes pour mieux répondre aux attentes de nos clients. Nous souhaitons vous montrer aujourd’hui notre volonté d’utiliser la technologie chaque jour pour améliorer la vie des ivoiriens. Notre engagement au quotidien est de vous fournir une électricité et un service de qualité pour améliorer la vie des populations et contribuer au développement durable pour la Cote d’Ivoire »,  a dit le Dg Bakayoko.À la suite de son intervention, les innovations ont été présentées dans l’ordre suivant aux invités présents par certains membres du comité de direction Général et du comité de Direction de l’entreprise : Les Compteurs intelligents, pour des services innovants par M. Mathias Kouassi   Directeur général adjoint Distribution et Commercialisation. Le compteur permet d’accompagner le client au quotidien dans sa consommation donc sa facture et un gain de temps important lié au dépannage à distance. Plus de 2 800 000 compteurs intelligents sont déployés actuellement. D’ici 2025, nous comptons avoir 100% de compteurs télégérés sur Abidjan. Aussi, la digitalisation de la relation client par l’agence en ligne par a été expliquée par Mme Bitty Marie Directeur central commercial marketing et relation client. Elle   a indiqué   que « ce sont plus de 8000 comptes créés en moyenne par mois, plus de 58% de nos clients qui ont accès au service prépayé grâce aux compteurs intelligents ».  En ce qui concerne la   digitalisation des demandes de travaux des clients Btp a été présenté par M Bleu Voua Désiré Directeur adjoint assistance à maitrise d’ouvrage. Il s’agit d’un portail de gestion permettant la réduction des coupures d’électricité liées aux piochages de câble la réduction du délai de traitement des demandes, la meilleure anticipation sur les risques de coupures et l’amélioration de la traçabilité des demandes pour les clients   qui sont suivis en ligne.  Le   Programme d’alphabétisation numérique par a été   présenté par M.  Guy Marc Aka Directeur le Secrétaire Exécutif de la Fondation Eranove. Selon lui, l’entreprise engagé avec travers la Fondation Eranove compte contribuer à la réduction du taux    d’analphabétisation en Côte d’ivoire, en offrant des possibilités d’apprentissage plus rapide de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique aux populations analphabètes cibles.  Ainsi, il s’agira de   former 1 000 personnes par an à savoir lire, écrire et compter. Mais aussi et surtout, il s’agira d’avoir un impact tangible et durable et   fournir un emploi temporaire aux jeunes des communes et localités d’intervention. En outre, la digitalisation des opérations du dépannage n’a pas été oubliée.  Elle a été présentée par M Bléhouet Patrice Sous-directeur en charge de la gestion Relation Client.  Il a présenté les outils de modernisation du système mit en place par l’entreprise pour optimiser les opérations de dépannage à savoir la mise à disposition des outils modernes (Télégestion et applications mobiles) d’une part, et l’utilisation des données de Géoréférencement des clients pour retrouver plus facilement les clients grâce aux coordonnées Gps,   d’autre part. Sans oublier réorganisation de la répartition géographique des équipes d’intervention en prenant en compte le trafic routier et les zones incidentogènes.  Sur ce point, l’animateur   dudit sous-thème a dit qu’en termes gain à la clientèle, il a le   dépannage plus rapide, intervention à distance, fiabilité du diagnostic et plus de traçabilité.   Ce n’est pas tout.  L’inspection du réseau électrique par les drones a été l’affaire de Mme Armelle Gnassou Epse Gelai Directrice adjointe à Direction de la stratégie et de la transformation Digitale. L’objectif de cette technique est d’optimiser la surveillance du réseau électrique afin d’anticiper sur les incidents majeurs du réseau.  L’utilisation des drones permet également de prévenir les risques électriques pour les collaborateurs également.  Terminons pour   souligner   que le Cap sur un réseau électrique connecté   a été expliqué par M. Antoine Djigbenou, Directeur de la stratégie et de la transformation Digitale.Il dit qu’il s’agit de développer des services innovants qui devront permettre aux clients de suivre en temps réel de votre dépannage via Ma Cie, l’Automatisation des services récurrents via des assistants robots et d’Anticiper / Prédire les pannes via l’IoT. A noter   que ces communications avaient pour objectifs de partager l’expertise de la Cie et présenter les solutions innovantes utilisées par l’entreprise au quotidien en vue d’améliorer la satisfaction la clientèle. A la suite des présentations faites en salle, une visite guidée des stands aménagés pour la circonstance a permis aux invités de visualiser les différentes innovations à travers des démonstrations. La transformation digitale de la Cie est plus que jamais amorcée et orientée vers la satisfaction client. 

Bamba Mafoumgbé,

Légende photo :   Le Dg Ahmadou  Bakayoko, Dg de la Cie(  droite) et   Traoré Amidou, Dg  de l’Anareci (  gauche)   se  font   expliquer le  rôle    de  ce  drone  dans l’ amélioration du  service public   de l’électricité( Ph : Cie)

Ci-Port d’Abidjan//Activités de manutention des navires// Le terminal roulier d’Abidjan réalise une performance record

jeudi, 22 septembre 2022 17:30 Written by

Le Terminal roulier d’Abidjan (Terra) qui assure la manutention des navires rouliers au port d’Abidjan, a pris en charge, entre le 22 août et le 29 août 2022, plus de 2.687 véhicules, réalisant ainsi une performance record.   A- t- on appris ce jeudi 22 Septembre 2022 de sources proches de cet opérateur portuaire à Abidjan.  « Ces véhicules composés essentiellement de berlines, de citadines et d’engins de chantiers, ont été transportés sur les navires spécialisés Matorell et Pleiades Spirit, en provenance de Thaïlande, de Chine, du Japon, d’Afrique du Sud et d’Inde. Cette performance est d’autant plus remarquable que le taux d’occupation du parc était de 95 % à l'accostage du navire Matorell et de 70 % à l'arrivée du Pleiades Spirit », ajoute la source. Le nombre de véhicules manutentionnés en une semaine représente par ailleurs 82 % du trafic moyen mensuel du terminal roulier et 78 % des véhicules manutentionnés sur le mois d'août. Au cours de ces opérations, Terra a réalisé des cadences record de 115 unités/heure sur le navire Matorell et 121 unités/heure sur le Pleiades Spirit, doublant ainsi largement les cadences conventionnelles fixées dans le cadre de la convention de concession avec le Port Autonome d’Abidjan, à 50 Unités/heure. « La réalisation de cette performance est le fruit du savoir-faire de nos équipes opérationnelles et de nos efforts pour la modernisation du Terminal Roulier d’Abidjan. Nous nous engageons à continuer dans cette dynamique, dans la perspective d’accueillir et d’opérer des navires rouliers de plus grande capacité, afin de couvrir les besoins de nos clients en Côte d’Ivoire et dans la sous-région », a déclaré Joël BROUX, Directeur général de Terra. Labellisé « Green Terminal », en juin 2022, pour la baisse effective de l’impact de ses activités sur l’environnement, le Terminal Roulier d’Abidjan s’est donné à présent pour ambition, de consolider son approche environnementale par la valorisation et le recyclage des déchets, le soutien aux initiatives en faveur de l’environnement et l’acquisition d’équipements à meilleur rendement énergétique. 

Bamba Mafoumgbé,

 Légende photo : Une  vue  des véhicules pris  en  charge au Terminal roulier d’Abidjan.   

Ci-Agriculture//Lutte la fraude et fuites des produits agricoles // L’éclairage et les explications du ministre d’Etat Adjoumani

mercredi, 21 septembre 2022 14:04 Written by

 Porteur d’un projet de loi portant ratification de l’ordonnance 2020-602 du 05 août 2020 modifiant l’ordonnance 2018-437 du 03 mai 2018 portant répression de la commercialisation et de l’exploitation illicite des produits agricoles, devant la Commission des affaires économiques et financières du Sénat, le jeudi 8 septembre 2022. A cette occasion, le ministre d’Etat, Kouassi Adjoumani, ministre de l’Agriculture et du développement rural, a répondu aux préoccupations des Sénateurs, notamment ceux   de l’opposition. Ceux-ci avant la ratification de cette ordonnance à l’unanimité ont souhaité avoir des éclaircissements sur les raisons des exportations illicites des produits agricoles, le volume des produits exportés de façon illicite et le volume des saisis.Se prêtant donc à cet exercice, le ministre Adjoumani    a  fait  remarquer  que les prix ne sont pas la cause du phénomène de fuite de nos produits agricoles vers les pays frontaliers. Car indiquera-t-il que la Côte d’Ivoire à travers ses réformes agricoles qui ont abouti à la mise en place des Conseils café cacao, coton anacarde, hévéa palmier à huile, fait en sorte que la barre des 60% des prix soit respectée. «(…) Et c’est sur la base des régulations que les prix sont fixés.  Pour ce qui est du prix fixé au cours de la campagne 2021-2022, on parle de 305 Fcfa le kilogramme ; mais par rapport au prix extérieur si nous devons appliquer la barre des 60% ce sont 250 Fcfa qui devraient revenir aux producteurs. Donc vous avez vu le sacrifice supplémentaire que l’Etat de Côte d’Ivoire fait dans le cadre des fixations des prix des produits agricoles… », a-t-il fait ces précisions avant de pointer du doigt l’inorganisation du secteur dans le pays voisin, le Ghana « Au Ghana tout comme les pays qui nous environnent dont certains exploitants véreux utilisent nos produits à des fins tels que nous disons dans le cadre de cette loi, le Ghana dis-je n’a pas fait de réformes agricoles. Là-bas ce n’est pas organisé, il n’y a pas de conseils comme nous l’avons ici, coton anacarde, pour réguler les choses. Et donc n’importe qui peut se donner le titre d’exportateur agricole et comme au Ghana on ne produit pas assez de noix de cajou ils sont obligés de venir vers nos frontières et quand ils viennent étant donné que là-bas il n’y a pas de taxes, la filière n’étant pas régulée, ils peuvent se permettre de fixer le prix du kilogramme au-delà de ce que nous donnons ici. »


Si les raisons liées au prix ont été données le ministre d’État, face aux vénérables sénateurs a voulu que ceux-ci retiennent les effets induits par cette Ordonnance. C’est pourquoi il fera noter qu’«en instituant cette loi nous avons fait des efforts parce que le préjudice subi par l’Etat de Côte d’Ivoire par rapport à cette exportation illicite est énorme. » « Depuis 2019 jusqu’à aujourd’hui quels sont les efforts qui ont été faits parce que l’Ordonnance a été prise en 2019. En 2020, au moment même où nous appliquions les dispositions de l’Ordonnance nous étions à 528 tonnes de produits agricoles exportés de façon illicite, en 2021 lorsque nous avons commencé à appliquer véritablement la loi nous sommes passés à 278 tonnes. Donc une réduction presque de moitié. Et aujourd’hui en 2022, nous sommes à 115 tonnes de produits agricoles exportés de façon illicite. Donc vous voyez les effets induits par la prise de cette Ordonnance. Lorsque je prends le cas de Bondoukou, en 20142014, la production d’anacarde était de 136 511 tonnes et Bondoukou était la première région pourvoyeuse de noix de cajou en Côte d’Ivoire. Mais figurez-vous en 2019, de 136 000 tonnes nous sommes descendus à 17 470 tonnes. Voyez cet écart qui est effectivement dû au phénomène de l’exportation illicite. Mais à partir de 2020 lorsque nous avons commencé à appliquer l’Ordonnance, la production est remontée à 40 000 tonnes en 2020 ; aujourd’hui nous n’avons pas encore fait le bilan de l’année mais nous sommes à 60 953 tonnes à Bondoukou… », a-t-il souligné avant de relever pour ce qui concerne le nombre d’agréments délivrés dans le milieu de l’anacarde, « pour ce qui est de l’achat, il est de 1100 et pour la transformation 30 en moyenne »Sur le volume de produits agricoles saisis, Kobenan Kouassi Adjoumani, a fait savoir « Le total des produits saisis est de 115 000 kilogrammes mais ces produits viennent de l’Est.  Maintenant pour Bouna 42 200 kilogrammes de produits vendus sur l’autorisation du Président du tribunal de Bouna, les fonds sont sous séquestre conformément à la loi. A Dimbokro 23 400 kilogrammes de produits agricoles saisies et vendus sur l’autorisation du Président du tribunal de Bongouanou, fonds mis sous séquestre conformément à la loi ; à Odienné 27 786 kilogrammes ont été également saisis ; à Korhogo 16000 kg, à Ferké 15000 Kg. Donc voyez que le phénomène est récurrent dans la partie Est. En tout cas avec l’Ordonnance modificative le Conseil coton anacarde garde bien sûr la maitrise des produits saisis et assure la bonne condition de stockage aux fins de la préservation de la qualité des produits tout en préservant une bonne collaboration entre l’Administration c’est-à-dire le corps préfectoral, la douane et les autorités judiciaires. Donc cette loi qui nous permet de faire cette collaboration, d’entretenir cette collaboration et qui permet d’être efficace dans le cadre de la lutte contre l’exportation illicite de nos produits. » Bamba Mafoumgbé,(Source : Sercom) Légende photo :  Le Ministre d’Etat, Kobénan Kouassi Adjoumani ; ministre d’Etat, ministre de l’agriculture et du développement rural

Côte d’Ivoire//Développement du numérique// La nouvelle Directrice Générale du Groupe Orange chez Patrick Achi

mercredi, 21 septembre 2022 13:57 Written by

Reçue en audience par le Premier ministre Patrick Achi, le 20 septembre 2022 à Abidjan, la nouvelle Directrice Générale du Groupe Orange, Christel Heydemann, s’est félicitée de la qualité du partenariat avec la Côte d’Ivoire et évoqué les enjeux de développement du numérique que le groupe pourrait entreprendre dans le pays.

 

« Nous avons échangé avec le Premier Ministre. Et je suis venue me présenter en tant que nouvelle Directrice Générale du Groupe et le remercier de la qualité de notre partenariat en Côte d’Ivoire depuis maintenant 25 ans. Nous avons aussi parlé de nos enjeux de développement. Nous nous sommes félicités des innovations qui ont été mises en œuvre en Côte d’Ivoire. Nous avons aussi abordé divers autres sujets, notamment comment continuer à investir pour la qualité du service dans nos réseaux », a dit Christel Heydemann.

 

Parlant d’innovation et d’inclusion numérique, la Directrice Générale a évoqué l’inauguration à Abidjan du premier espace d’expérimentation doté de la nouvelle technologie "Orange 5G Lab". Cette offre de service est dédiée aux entreprises, aux start-ups et aux professionnels du numérique. Elle permettra, selon Christel Heydemann, d’apporter encore plus de débit et d’accéder à de nouveaux usages qui impacteront positivement les activités des acteurs économiques.

Christel Heydemann a été nommée Directrice générale en remplacement de Stéphane Richard. Le Groupe Orange est l’un des principaux opérateurs de télécommunication dans le monde. Il est présent dans environ 27 pays et compte plus de 282 millions de clients à juin 2022. En Côte d'Ivoire, on dénombre plus de 20 millions d'abonnés.

 

Source : CICG

 

Ci- identité// célébration du 16 Septembre// Plaidoyer en faveur de l’adoption d’une journée nationale

dimanche, 18 septembre 2022 16:36 Written by

« Faire du 16 septembre, la journée de l’identité » ; C’est le plaidoyer de l’Ong ID4africa, une organisation non gouvernementale crée en 2014 avec pour mission d’accompagner les gouvernements africains dans leur parcours de développement des écosystèmes identitaires robustes autours de l’identité numérique au service du développement, de l’action humanitaire de la facilité de circulation et du commerce et pour un accès inclusif de toutes les populations au service de base. Hier vendredi, à l’occasion de l’édition 2022 de la journée de l’identité en Côte d’Ivoire, célébré au plateau à l’hôtel Ivotel, l’Ambassadeur de ID4Africa, Konaté Diakilidia est revenu sur l’importance de l’Identité qui est au centre de toutes les politiques sociale et économique. « Comment un Etat pourrait-il aborder la question de la protection sociale qui est due au citoyen si ce citoyen n’est pas identifié. Donc la connaissance est fondamentale et primordiale pour mettre en œuvre toute politique sociale et économique.

Il faut développer des politiques publiques visant à prendre en charge le citoyen et à lui conférencier l’identité juridique. Cela est consacré dans notre constitution ou le constituant affirme que l’Etat doit garantir à tout citoyen une identité juridique. Donc le devoir de protection doit être précédé du devoir d’identification » a-t-il expliqué. Cette année ID4Africa a choisi pour thème « Identité pour tous, inclusion, protection et autonomisation ». Avant de clore son propos, l’Ambassadeur Konaté Diakalidia a fait le plaidoyer auprès des hautes autorités ivoiriennes afin que la Côte d’Ivoire adopte la date du 16 septembre comme date reconnu comme journée de l’identité afin que l’objectif de l’identification pour tous en Côte d’Ivoire soit véritablement une réalité. Et d’ajouter pour dire : « Cette commémoration vise à informer et sensibiliser toutes les élus et les responsables d’administration, toutes les couches sociales sur la responsabilité que chacun de nous a à se faire identifier, à faire identifier les populations…». Mme Koné Karidja Bamba a fait la présentation de ID4Africa et décliné ses objectifs. Plusieurs communications ont été faites par les directeurs de l’ONECI, de l’ARTCI ; de QUIPUX, de la CNAM, de Snedei…

Bamba Mafoumgbé,

Légende photo : Les panelistes lors de la célébration de l’édition 2022 de la journée de l’Identité

 

 

 

 

 

Commerce transfrontalier//Elimination des barrières non tarifaires // L’Alliance Borderless forme les professionnels des transports et du commerce

samedi, 17 septembre 2022 10:51 Written by

Inviter l’ensemble des acteurs à respecter la règlementation et exhorter les acteurs à s’approprier les protocoles qui régissent le commerce et les transports en Afrique de l’Ouest. Voici des recommandations    de l’atelier sur les barrières non tarifaires (Bnt), ténu à Abidjan, le 15 Septembre 2022.  Ce à l’initiative de l’Alliance Borderless en partenariat avec la Commission de la Cédéao et la Chambre de commerce de Côte d’Ivoire, (Cci-Ci). Aussi les   participants ont recommandé le renforcement   des capacités de ces acteurs à travers les ateliers de sensibilisation sur les protocoles de la Cédéao d’une part et la sensibilisation   des chauffeurs (notamment ceux transportant les produits agro-sylvo- pastoraux) au respect de la règlementation notamment celle liée à la sécurité routière, et d’ autre part, inviter  les acteurs du transport au strict respect des dispositions (Règlement 14) sur la charge à l’essieu.  Par ailleurs, les travaux   ont préconisé l’invitation    des opérateurs économiques à s’approprier les différentes plateformes électroniques pour le suivi et la résolution des barrières non-tarifaires.  Ce n’est pas tout ! Il est prévu la Vulgarisation   des plateformes sur le terrain à travers la formation des parties prenantes au commerce transfrontalier et le renforcement   des capacités des Points focaux pour une meilleure prise en charge des Barrières non tarifaires, (Bnt). Sans oublier de doter    les ports de la région de pèse-essieux.

 Rappelons qu’Il s’agissait durant les travaux d’Abidjan, de donner plus d’outils aux organisations professionnelles et acteurs du commerce en vue d’être mieux armés face aux barrières non tarifaires (Bnt) dans le transit des marchandises.  M. Koné Mamadou, point focal de la facilitation du commerce dans son intervention, a expliqué que deux des plateformes se déclinent sous la forme d’instrument numérique de notification des barrières non tarifaires de la Zlecaf et de Mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce (Maoc), hébergé par le Chambre de commerce de Côte d’Ivoire.   

Au nom de la Commission de la Cédéao, le conseiller principal en charge du commerce, Justin Bayili a soutenu que les acteurs du commerce ont encore les moyens d’inverser la tendance à leur avantage.« Il faut que les acteurs du commerce s’approprient ces outils qui sont mis à leur disposition au niveau régional et au niveau continental et qu'ils veillent à travailler à l’alimentation de ces outils en matière d’information de données statistiques et qui peuvent servent d’outil de plaidoyer auprès des décideurs »  a  -t-il  dit.  

Quant au  président du Comité exécutif et du Comité national Alliance Borderless, Jonas Lago, il  a exhorté les participants à «formuler les meilleures propositions et actions concrètes devant aboutir à terme à l’élimination définitive des barrières non tarifaires dominantes avec une forte implication du secteur privé dans les plaidoyers, afin qu’à l’instar de l’Alliance Borderless nous arrivions ensemble à influencer les politiques et pratiques affectant la facilitation des échanges dans la sous-région ouest-africaine ».L’Alliance étant d'ailleurs appelée à renouveler des sessions de renforcement de capacités au profit des transporteurs et des commerçants sur la connaissance des textes et règlements en vigueur.

 Ayoko Mensah

Légende photo :   Le président de l’Alliance Borderless côte d’Ivoire, Lago Jonas , à  gauche juste  après le micro

Ci- Commerce// Barrières non tarifaires// Les professionnels et acteurs du commerce formés

vendredi, 16 septembre 2022 14:40 Written by

Donner plus d’outils aux organisations professionnelles et acteurs du commerce en vue d’être mieux armés face aux barrières non tarifaires (Bnt) dans le transit des marchandises. C’est le motif de l’atelier tenu le jeudi dernier à Abidjan-Plateau.


Selon Acturoutes qui rapporte l’information, l'atelier a réuni des représentants d'organisations et des membres d'institutions nationales et régionales.
L’activité est à l’initiative de l’Alliance Borderless en partenariat avec la Commission de la Cédéao et la Chambre de commerce de Côte d’Ivoire (Cci-Ci).
La séance a donné l’occasion de dérouler diverse plateformes digitales élaborées en vue de permettre à tout usager confronté à des pratiques non tarifaires de remonter en temps réel l’information à des instances de régulation et de décision nationales, régionales ou continentales.

 

Selon Acturoutes, « Deux des plateformes se déclinent sous la forme d’instrument numérique de notification des barrières non tarifaires de la Zlecaf et de Mécanisme d’alerte aux obstacles au commerce (Maoc), hébergé par le Chambre de commerce de Côte d’Ivoire. Elles ont été présentées par M. Koné Mamadou point focal de la facilitation du commerce.

 

Au nom de la Commission de la Cédéao, le conseiller principal en charge du commerce, Justin Bayili a soutenu que les acteurs du commerce ont encore les moyens d’inverser la tendance à leur avantage.
« Il faut que les acteurs du commerce s’approprient ces outils qui sont mis à leur disposition au niveau régional et au niveau continental et qu'ils veillent à travailler à l’alimentation de ces outils en matière d’information de données statistiques et qui peuvent servent d’outil de plaidoyer auprès des décideurs », a-t-il expliqué à Acturoutes.
Quant au président du Comité exécutif et du Comité national Alliance Borderless, Jonas Lago, il a exhorté les participants à « formuler les meilleures propositions et actions concrètes devant aboutir à terme à l’élimination définitive des barrières non tarifaires dominantes avec une forte implication du secteur privé dans les plaidoyers, afin qu’à l’instar de l’Alliance Borderless nous arrivions ensemble à influencer les politiques et pratiques affectant la facilitation des échanges dans la sous-région ouest-africaine ».
Les participants ont aussi souhaité une réaction prompte et vive des autorités de décision afin de booster l’efficacité des mécanismes d’alerte. Car sans un suivi effectif et réponse actée face aux plaintes, la levée des barrières tarifaires a peu de chance d‘aboutir.
Enfin, il faut que les acteurs du commerce se plient à un respect scrupuleux des règles en matière de circulation des marchandises pour se mettre à l’abri des tracasseries. L’Alliance est d'ailleurs appelée à renouveler des sessions de renforcement de capacités au profit des transporteurs et des commerçants sur la connaissance des textes et règlements en vigueur.
Bamba Mafoumgbé,
Légende photo : Une vue des participants lors de l’atelier( Ph : Acturoutes)

 

Créativité// Creative Africa Nexus Weekend// La prochaine édition aura lieu en Novembre à Abidjan

jeudi, 15 septembre 2022 16:35 Written by

Le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et la Banque africaine d'Import-Export (Afreximbank) ont le plaisir d’annoncer que le prochain Creative Africa Nexus Weekend aura lieu à Abidjan, en Côte d'Ivoire, du 25 au 27 novembre 2022.

La Côte d’Ivoire a accepté d’être le pays hôte du Canex Wknd 2022, un rassemblement de trois jours qui regroupera des acteurs culturels et créatifs issus de toute l'Afrique et de la diaspora. L’évènement est un prélude du prochain Sommet Canex prévu dans le cadre de la troisième Foire commerciale intra-africaine (IATF2023) qui se déroulera également à Abidjan en novembre 2023.

Canex Wknd à Abidjan marquera une nouvelle étape importante dans le déploiement et la mise en œuvre par Afreximbank de son programme Canex, une intervention multiforme qui vise à soutenir et à développer le secteur créatif émergent de l'Afrique.

Canex Wknd 2022 mettra en vedette des acteurs culturels, des investisseurs, des chefs de file de l'industrie, des entreprises de l'industrie culturelle et créative et des représentants de plusieurs Gouvernements. L’évènement constituera un espace de réseautage et de partage d’expérience d’artistes issus du continent et de sa diaspora, évoluant dans les domaines de la musique, du cinéma, de la mode, de l'artisanat, des arts visuels, de la littérature, des jeux, de la réalité virtuelle (Rv) et bien plus.

Fort du succès du Canex à l'Iatf2021 qui s'est déroulé à Durban en novembre 2021, le prochain Canex Wknd 2022 à Abidjan permettra de davantage raffermir les liens entre les acteurs culturels francophones et anglophones. Les participants auront notamment l'occasion d'exposer des articles de mode, d'art et d'artisanat sur un marché dynamique, de bénéficier de mise en relation avec des partenaires potentiels, de participer à des tables rondes, à des masters class de haut niveau et de tirer parti de nombreuses opportunités de réseautage.

« Le Gouvernement ivoirien est entièrement engagé aux côtés d’Afreximbank en vue d'assurer un plein succès au Canex Wknd et à l'IATF2023, pour la promotion et l’expansion de l’économie culturelle africaine. La Côte d’Ivoire est prête à accueillir les acteurs de l’industrie culturelle et créative venant du continent. Nous avons donc le plaisir d’inviter tous les professionnels de l'industrie culturelle et créative africaine à Abidjan en novembre 2022, » a déclaré M. Souleymane DIARRASSOUBA, Ministre du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des Pme de Côte d’Ivoire.

De son côté, la Ministre de la Culture et de la Francophonie de la Côte d’Ivoire, Françoise REMARCK s’est réjouie de l’organisation du Canex Wknd en ces termes : « la culture fait partie des piliers prioritaires du Plan National de Développement, Pnd 2021-2025, elle est transversale et ce type d’évènement ne peut que concourir à son rayonnement. »

Commentant l'annonce, Kanayo Awani, Vice-Présidente d'Afreximbank en charge de la banque pour le commerce intra-africain a souligné l'importance de soutenir les industries créatives africaines. « Ce sont des sources abondantes de créations d’emplois, en particulier nos jeunes talents. La demande mondiale sans cesse croissante de contenus créatifs africains devra s’accompagner d'une mise à l'échelle complète et systématique des chaînes de valeur de ce secteur sur le continent. Le programme Canex est un vecteur qui englobe de nombreuses interventions afin de soutenir et développer des entreprises viables dans l'écosystème des industries créatives et culturelles en Afrique. Nous invitons tous les acteurs de la créativité africaine et de sa diaspora à nous rejoindre à Abidjan afin de profiter des nombreuses opportunités de marché, commerce, investissement et affaires qui leur sont offertes, » a déclaré Mme Awani.
Bamba Mafoumgbé,
Légende : Souleymane Diarrassouba, ministre du Commerce et de l’Industrie

 

Ci- Secteur privé// Financement des Pme ivoiriennes// La Bni met à la disposition de la Cpu-Pme.Ci, dix milliards de francs Cfa

jeudi, 15 septembre 2022 16:19 Written by


La Banque nationale d’investissement (Bni) et la Confédération patronale unique des Pme de Côte d’Ivoire (Cpu-Pme.Ci) ont procédé à la signature d’une convention cadre ce jeudi 15 septembre 2022 à Abidjan-Cocody. A-t-on appris à Abidjan, de sources proches de cette confédération.

Ce partenariat dont l’objectif est de contribuer activement au développement des Pme de Côte d'Ivoire se caractérise par la mise à disposition de dix milliards de francs Cfa sous la forme de divers produits et services bancaires convenus aux Pme avec des propositions de taux d'intérêts préférentiels.

 

A l’occasion, le Directeur général de la Bni, Youssouf Fadiga a dit que cette banque en sa qualité d'institution financière de premier rang, souhaite améliorer l'accès des Pme ivoiriennes au financement. Non sans ajouter : « Et c’est dans ce soucis commun de soutenir le développement économique de nos Pme, que nos deux structures ont décidé de mettre en place un mécanisme dynamique et fiable de financement des Pm ivoiriennes », a-t-il ajouté.

En outre, M. Fadiga a indiqué qu’à travers ce partenariat, la Bni réaffirme sa volonté d’accompagner les entreprises ivoiriennes particulièrement les Petites et Moyennes Entreprises dans leurs projets et activités.

«Les financements accordés dans le cadre de cette convention, seront soutenus par la Garantie du fonds de solidarité africain (Fsa) basé au Niger qui a bien voulu consentir à cet effet, une enveloppe de 60 milliards Fcfa pour l’accompagnement des Pme ivoiriennes. » a-t-il mentionné.

Selon lui, la conclusion de cet accord entre la Cpu- Pme et la Bni, prouve non seulement l’engagement de son institution auprès de ses acteurs économiques mais aussi la confiance que la Cpu- Pme accorde à l’expertise de la Bni.

 

Le président du Cpu-Pme.CI, Dr Moussa Elias Farakhan Diomandé a pour sa part indiqué qu’en plus de sa particularité et de son utilité, cet accord présente une innovation remarquable ; car les experts comptables constituent une partie prenante.

 

Pour M. Diomandé, les Pme ont été fortement éprouvées par la crise de la Covid 19. « Les aides attribuées par l'Etat ont eu pour objectif de maintenir les emplois et les outils de production mais beaucoup reste à faire notamment dans la structuration des Pme, dans l'accompagnement des PME, dans la recherche de financement et de marchés. » explique-t-il.

Selon lui c’est dans sa recherche de solutions pour stabiliser le développement et la croissance de nos Pme, que la Cpu-Pme.Ci s'est rapprochée de la Banque Nationale d'investissement (Bni).
« Cet accord contribue à la structuration des dossiers afin de suivre la bonne gestion du financement octroyé aux Pme de Côte d'Ivoire. » a-t-il ajouté.
Bamba Mafoumgbé,
Légende photo : Le Dg de la Bni à droite et le Dr Dr Moussa Elias Farakhan Diomandé( Gauche) lors de la signature de convention

 

 

Ci- Commercialisation//Exportations de fèves de cacao// Les entrants et sortants de la campagne 2022/2023

mercredi, 14 septembre 2022 16:11 Written by

 Le Conseil café cacao (Ccc) de Côte d‘Ivoire a publié le 13 Septembre 2022, à Abidjan, le nom des exportateurs de cacao-café recevant l’agrément d’exporter pour la prochaine campagne 2022/23 qui s’ouvrira début octobre prochain. Le nombre de sociétés commerciales et coopératives est en nombre croissant pour cette prochaine campagne. Elles sont 61 entreprises contre 57 la campagne qui s’achève et 41 coopératives contre 37. Selon les services du Conseil du café-cacao, les nouvelles sociétés commerciales agréées sont Central Industrie, Cicom, Destiny Cocoa, Exploit Commodities, GCB Cocoa CI et GCB Cocoa Trading, Kanso Kassem, Puratos, Sivaco, STNC.Malheureusement, le figurent plus sur la liste les sociétés commerciales suivantes : Condicaf, Côte d’Ivoire Commodities, GPA, S2K, Safal Commodities, TRC CI.Quant aux sociétés coopératives, les nouvelles agréées sont CADB Coop, Cayat, Chigata, Coopad, Ecoopag, Ecoopexas, NCB Coop, Scanzue, Socaci. N’y figurent plus : Comserv Coop, SCOAGC, Uisca. 

Bamba Mafoumgbé,

Page 1 sur 35