Prix bord champs (Octobre 2022): Cacao 900 Fcfa, Kg;  Café  750 Fcfa Kg,  Hévéa 344 Fcfa; Anacarde 305 Fcfa

vendredi 9 décembre 2022
sys bannière
Société

Société (439)

Aide à l’emploi// Insertion professionnelle des jeunes en Côte d’Ivoire// Bolloré Transports $ Logistics signe une convention pour faciliter les choses

mercredi, 07 décembre 2022 17:06 Written by

Bolloré Transport & Logistics a signé, le 07 décembre 2022, à Abidjan, une convention cadre avec l’Agence Emploi-jeune, organisme public d’insertion professionnelle des jeunes en Côte d’Ivoire, en présence du ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion Professionnelle et du Service Civique.

Ce partenariat, qui s’inscrit dans le cadre du projet « École du Transit », créé par Bolloré Transport & Logistics vise, à offrir à 30 jeunes diplômés une formation de 6 mois, au sein des directions opérationnelles de l’entreprise.

Premier employeur du secteur de la logistique en Côte d’Ivoire, Bolloré Transport & Logistics offre ainsi la possibilité aux jeunes ivoiriens concernés par ce projet de bénéficier d’une expérience pratique au sein de ses ateliers et plateformes logistiques dans l’optique de faciliter leur insertion professionnelle.« Le programme « École du Transit » est une initiative que nous avons mis en place avec l’objectif de contribuer à améliorer l’employabilité des jeunes et favoriser leur insertion professionnelle. L’éducation est un axe fort de notre programme RSE et nous sommes fiers de pouvoir agir et œuvrer aux côtés des institutions au développement économique de la Côte d’Ivoire. », a déclaré Joël HOUNSINOU, Directeur général de Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire.« Je voudrais saluer l’engagement exemplaire de Bolloré Transport & Logistics Côte d’Ivoire en faveur de la jeunesse par la création de programmes de formation leur permettant de favoriser leur accès au marché du travail. La jeunesse ivoirienne représente l’avenir de notre nation c’est pourquoi nous nous devons les accompagner en leur offrant les moyens de réussir. », a déclaré Mamadou Touré, ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion Professionnelle et du Service Civique

Bamba M.

Aides et assistance//Fondation Thérèse Aya N'dri Yoman// : « Nous envisageons de construire un centre de convalescence à Singrobo »

mercredi, 07 décembre 2022 10:02 Written by

A l'initiative de son sens du partage le Pr Aya N'dri Yoman a procédé à la cérémonie de lancement de la Fondation Thérèse N'dri Yoman (Fotany), le lundi 05 décembre 2022 à l'hôtel IVOTEL dans le Centre des Affaires de la Capitale économique Abidjan - Plateau.
Le Professeur Thérèse N'dri Yoman fondatrice principale de ladite organisation, était accompagné lors de cette événement par ses pairs co-fondateurs et membres d'honneur de la Fondation.

Prenant la parole, la fondatrice de la Fotany, a signifié que la Fondation a été mise sur pied dans l'optique de trois axes majeurs. Ce sont notamment, a-t-elle énuméré, « œuvrer pour un mieux-être des populations, promouvoir la culture de l'excellence à tous les niveaux de la société et promouvoir la santé et le bien-être des populations ».

« Un petit peu de parfum reste toujours entre les mains de celui qui distribue des roses. Donner aux autres un peu de soi, doit régir les habitudes de chaque ivoirien , car les bienfaits nous reviennent toujours « , a conclu la Pr N'dri Thérèse Yoman.

Bien avant, Dr Jean Kouamé Belmont, co-fondateur de la Fotany , faisant les éloges du Pr N'dri Aya Thérèse , s'est exprimé en ces termes, « Madame Thérèse N'dri vous avez de brillantes qualités humaines et intellectuelles qui vous caractérisent . Car vous savez partager avec les autres ce que vous avez. Et cela fait de vous une personne spéciale. C'est nous ne sommes pas surpris de vous voir mener des initiatives comme celle-ci », a-t-il confié.
Pour sa part, Salimata Porquet, a également traduit son admiration et sa sympathie à l'endroit de sa compagne de lutte de tous les jours qu'elle qualifie de grande dame au grand cœur, qui ne cesse de faire montre de générosité et du sens de partage. Aussi, elle souligne que le Pr Thérèse N'dri Yoman, est une femme déterminée, engagée et loyale qui relève et fait face aux défis comme en témoigne son expérience avec elle, durant l'année 2000 à ce jour.
Créé en novembre 2022 la fondation s'est assignée pour but principal d'aider les démunis, les enfants, les familles qui sont dans le besoin et servir le pays. La Fotany compte plus de 27 membres fondateurs. Aussi, la fondation envisage la construction du « Centre de Convalescence de Singrobo » , à une trentaine de km de la ville d'Abidjan qui s'étendra sur plus de 5 hectares, prévu pour la fin de décembre 2023 jusqu'à décembre 2024.
Ayoko Mensah( Infos : C. Isaac)

 

Distinction//Promotion et protection des droits de l’Homme// Le Cndha décerne un prix d’honneur à la Première Dame

mardi, 06 décembre 2022 18:54 Written by

 Le Conseil national des Droits de l’Homme (CNDH) a procédé à la remise officielle d’un Prix d’honneur à Madame la Première Dame, le mardi 6 Décembre 2022, à son cabinet de Cocody. 
La cérémonie de remise a enregistré la participation de M. Sansan Kambilé, Grade des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, de Madame Namizata Sangaré, Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) et de bien d’autres personnalité. 
Ce prix du Cndhmagnifie l’engagement et les actions de l’épouse du Chef de l’Etat en matière de promotion et de protection des droits de l’Homme. En effet, le Cndh décerne chaque 10 décembre, un Prix National des Droits de l’Homme, à l’occasion des activités commémoratives de la Journée des Droits de l’Homme. Ce prix vise à accompagner les initiatives des personnes morales et physiques engagées dans la promotion et la protection des Droits de l’Homme. Aussi, dans le cadre de l’édition 2021 de ce prix, le CNDH a décidé de décerner ce prix d’honneur pour les nombreuses actions en faveur de la réalisation de toutes les catégories des droits de l’Homme à savoir : les droits civils, économiques, sociaux, culturels, de solidarité, et catégoriels plus spécifiquement en faveur des enfants, des femmes, des personnes en situation de handicap. Profitant du cadre de cette cérémonie, Madame Namizata Sangaré a passé en revue l’engagement et les réalisations de la Première Dame pour la défense des droits de ses concitoyens.« Une délégation du Conseil National des Droits de l’Homme a été reçue en audience ce matin par Madame la Première Dame, à l’effet de recevoir un prix que nous lui avons décerné. Ce prix vise à récompenser l’engagement de Madame la Première Dame pour tout ce qu’elle fait en matière de réalisation de tous les droits. Au nom des conseillers aux droits de l’Homme, nous lui avons décerné ce prix tout en l’encourageant parce que les attentes des populations restent grandes. Nous la félicitons pour tout ce qu’elle fait pour tous ceux qui vivent dans ce pays », a encouragé Madame Namizata Sangaré, Présidente du CNDH à sa sortie d’audience avec Madame la Première Dame. 
C’est le lundi 27 septembre 2021 que le Conseil National des Droits de l’Homme a procédé au lancement de l’édition 2021 du Prix National des Droits de l’Homme. Ce prix qui était à sa cinquième édition, avait pour thème : « Cohésion Sociale, facteur du vivre ensemble en paix et du développement durable en Côte d’Ivoire ».Ayoko Mensah  

Transport // Loti, permis à points, sensibilisation en période de fêtes d’année// Abdoulaye Sylla, le président de la Fensci crache ses vérités aux acteurs

lundi, 05 décembre 2022 13:14 Written by

Le 30 novembre 2022, Abdoulaye Sylla, le président de la Fédération nationale des syndicats chauffeurs de Côte d’Ivoire (Fensci), était face à la presse. La rencontre a eu pour cadre le siège de la Fesacià la Rivera II. En présence d’un beau monde du transport, il a passé au scanner quatre grands points : La loi n° 2014-212 du 16 décembre 2014 d’orientation du transport intérieur (Loti), le permis à points, le projet d’arrêté du ministère des Transports fixant les conditions et les modalités de mise en œuvre du permis à points, le Projet de mobilité urbaine d’Abidjan (Pmua), les conditions d’accès à la Cnps et enfin, la sensibilisation sur les accidents en fin d’année et période de fête. L’ordre du jour ainsi connu de tous, le président Sylla est maintenant passé aux différentes phases d’explications. S’agissant du premier point à l’ordre du jour, il a expliqué que dans la Loi de la Loti, c’est le Décret n°2015 -269 du 22 avril 2015 qui détermine les conditions d’accès à la profession de transport et de l’exercice de transport routier. Poursuivant, le président de la Fensci s’est étalé sur les chapitres relatifs au permis à points. Des infractions routières entrainant un retrait de deux (02), à celles de cinq (05) points et plus, l’orateur n’a rien passé sous silence. Par exemple, pour les infractions routières entrainant un retrait de trois (03) points, il a égrené 12 cas, dont : les dépassements de vitesse maximale règlementaires de 05 à 10 km/h sur la vitesse limite, l’usage de passage réservé au service de sécurité. Abordant la question relative aux comportements des chauffeurs en période de fin d’année et de fêtes, le patron de la Fensci, s’est voulu clair : « (…) Nous sommes en fin d’année et ce sont aussi la période des fêtes. Evidemment, à la recherche de gains, vous foulez au pied le code de la route et bonjour les dégâts », dit-t-il. Et d’exhorter : « (…) Cette année, je vous exhorte au strict respect du code de la route afin d’éviter les accidents à tous azimuts », note Abdoulaye Sylla. Non sans annoncer l’arrivée des véhicules ‘’Gbaka’’ IVECO DAILY IVOIRE, du BRT et du Métro dans le cadre du développement du transport. Ce qui, évidemment, éliminerait le transport artisanal du secteur. Une inquiétude qui a fait grincer des dents dans l’assistance.  Avant de clore ses propos sur les reformes du transport intelligent, l’orateur a invité les acteurs du transport à adhérer au régime social des travailleurs indépendants de la CNPS. B. M( source : sercom)Légende : Le président Abdoulaye Sylla (au centre) sensibilise  les siens.

Santé//Fin de la 3e édition d’Africa Santé Expo à Abidjan// Des recommandations fortes pour l’industrie pharmaceutique ivoirienne

dimanche, 04 décembre 2022 17:20 Written by

Débutée le 1er décembre dernier, la 3e édition d’Africa Santé Expo, qui a eu lieu au Sofitel hôtel Ivoire, a connu son apothéose le 3 décembre à Abidjan. Le ministre de la Santé, de l’hygiène publique et de la Couverture Maladie, Dimba Pierre, était représenté par le directeur adjoint de la Santé, Dr Koné Blaise. En tout, il y a eu au total 14 nominés. Plusieurs awards ont été décernés. Entre autres prix, citons celui du meilleur stand enlevé par Pharmacie de la santé publique pendant que celui du pays à l'honneur est allé à Algérie. Il est à noter que le Sénégal a été le pays l'honneur l'année prochaine. Fait important à ne pas passer sous silence, l’award des Awards est revenu au Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle.
Des recommandations ont été faites en vue de l’amélioration du plateau technique et de l’industrie pharmaceutique en Côte d’Ivoire. Dans ce sens, le président de l’Ordre des pharmaciens de Côte d’Ivoire, Dr Diarra Arouna a insisté sur la promotion de l’industrie pharmaceutique, la valorisation des plantes médicinales, la qualité des produits distribués et la formation des ressources humaines. Quant celui de l’Ordre des médecins de Côte d’Ivoire, Dr Bakayoko Aboubakar Sidik, a prône le bon management pour avoir des soins de qualité. Toutefois, il a déploré, en Côte d’Ivoire dont la population est d’environ 30 millions d’habitants, l’existence de seulement 4 salles d’intervention en cardiologie, alors qu’à Tunis qui compte 5 millions d’habitants, l’on dénombre 30 salles.
Le représentant du ministre de la Santé a assuré de la mise en application des recommandations pour répondre au besoin des populations. Pour lui, la démarche d’Africa Santé Expo est belle pour rechercher des solutions et des pistes afin de bâtir un système de santé efficace. « Le ministre est fier de cette initiative », a-t-il ajouté.
La présidente par ailleurs initiatrice d’Africa Santé Expo, Dr Linda Claude Bouboutou-Kaboré, a témoigné sa reconnaissance aux autorités ivoiriennes notamment la 1ère Dame, Dominique Ouattara et le ministre de la Santé pour leur soutien ainsi et aux exposants, comité scientifique et d’organisation. Rappelons que Africa Santé Expo est un évènement qui rassemble sur le même site des spécialistes de la médecine moderne, de la pharmacie, de la médecine traditionnelle, de la beauté et du bien-être. La quatrième édition d'Africa Santé Expo aura lieu en février 2024, avec le Sénégal comme pays à l’honneur.
Ayoko Mensah

 

 

 

Santé // Colloque international ''AfricaSanté Expo''// Les professionnels de la santé en conclave à Abidjan

samedi, 03 décembre 2022 10:14 Written by

Abidjan abrite depuis le vendredi 02 Décembre, la troisième édition de « AfricaSanté », un colloque scientifique international sur la santé en Afrique, s'est ouvert officiellement vendredi à Abidjan autour du thème : « Santé, beauté et bien-être : des solutions nouvelles adaptées à l'Afrique. Ces assises qui réunissent des professionnels de la santé venus de plusieurs pays du continent, visent à améliorer le système de santé en Côte d'Ivoire et au-delà, en Afrique. Linda Kaboré, la Présidente du comité d'organisation et initiatrice de « AfricaSanté Expo » a appelé à la mise en valeur de la médecine traditionnelle.
De son avis, pendant la pandémie de la Covid-19, '' si l'Afrique s'en ait sortie, je pense que c'est bien en partie grâce à la médecine traditionnelle'', a estimé Mme Kaboré.
Aussi, à l’occasion, le ministre ivoirien de la santé, de l'hygiène publique et de la couverture maladie universelle, Pierre Dimba, qui a ouvert ce colloque international, a rappelé que la santé occupe une place de choix pour le gouvernement ivoirien égrenant les actions de l'exécutif en faveur du secteur de la santé.
Il a fait savoir également qu'à ce jour, seulement 6% de médicaments sont produits sur le sol ivoirien avec un objectif de 30% d'ici 2030.
Principale raison pour laquelle dira M. Dimba, que son département ministériel a mis en œuvre plusieurs réformes. Il a cité entre autres, les réformes de la gouvernance du système sanitaire avec la réforme hospitalière, le financement de la santé et le développement de l'industrie pharmaceutique locale.

« La coopération doit porter sur l’ensemble des sujets liés à la santé et à tous les niveaux du cycle de vie, partager les expériences sur la prévention des maladies, leur traitement et l’accompagnement des maladies chroniques », a-t-il soutenu ajoutant.
Le ministre a assuré dans la foulée que la Côte d’Ivoire « ne ménagera aucun effort pour partager ses expériences, mais apprendre des autres »
Ayoko Mensah( c.isaac)

Cérémonie de décoration //Madame Dominique Ouattara, (Première Dame de Côte d’Ivoire) // « Procurer du bonheur aux autres a constamment fait partie de ma philosophie de vie »

vendredi, 02 décembre 2022 14:18 Written by

Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire, a été élevée à la dignité de grand officier dans l’ordre national par Madame Henriette Dagri Diabaté, Grande Chancelière de l’ordre national, le jeudi 1er décembre 2022, à la salle des fêtes du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire.
Cette décoration qui est la plus haute qu’un civil peut atteindre dans l’ordre national est la reconnaissance ultime qu’un état peut rendre à une personnalité. Elle vient sanctionner plus de deux (02) décennies d’engagement humanitaire pour les personnes démunies et de services rendus à la nation. Ainsi, après avoir été élevée à la dignité de commandeur de l’ordre national en 2011, l’Etat de Côte d’Ivoire vient encore une fois de l’honorer en raison de sa riche carrière dans l’humanitaire au profit des plus faibles.
Notons que la cérémonie de décoration a enregistré la présence de S.E.M. Alassane Ouattara, Président de la République, M. Tiémoko Meyliet Koné, Vice-Président de la République, M. Jérôme Patrick Achi, Premier Ministre, des Présidents d’institution, des Ministres du Gouvernement et de plusieurs autres personnalités.
Profitant de cette cérémonie, l’épouse du Chef de l’Etat a partagé les motivations qui l’ont poussées à jeter sur les fonts baptismaux la Fondation Children Of Africa voilà plus de 24 ans. Le besoin de porter assistance et de procurer le bonheur aux autres sont en quelques mots les motivations profondes de la création de la plus célèbre des fondations humanitaires du pays. « Aussi loin que je m’en souvienne, procurer du bonheur aux autres a constamment fait partie de ma philosophie de vie. Je me suis toujours souciée, partout où j’ai vécu, du mieux-être des plus démunis, de ceux qui se sentent délaissés, de ceux qui souffrent, et de ceux qui sont malades. C’est cette motivation qui m’a conduite à créer la Fondation Children Of Africa il y a 24 ans », a précisé Madame Dominique Ouattara. Tout en n’omettant pas de préciser qu’à ses débuts, son attention était particulièrement portée sur les enfants abandonnés. Puis avec le temps et l’expérience du terrain, l’épouse du Chef de l’Etat comprend que pour arriver à lutter efficacement contre l’abandon des enfants, il est primordial de leur offrir un cadre propice à leur épanouissement qui prend en compte à la fois leur éducation, leur santé et les ressources alimentaires, matérielles et financières mises à la disposition de la cellule familiale. « C’est dans cette vision d’ensemble que s’inscrit aujourd’hui, l’action de la Fondation Children of Africa, à travers les différentes activités que nous menons », a soutenu Madame Dominique Ouattara. Aussi, la Fondatrice de Children Of Africa tenu à remercier et à dédier sa décoration au Président Alassane Ouattara, son époux et premier soutien dans son engagement humanitaire depuis ces nombreuses années. « Cette distinction, je voudrais la dédier à mon cher époux le Président Alassane Ouattara, qui m’a toujours soutenue dans l’accomplissement de mes projets et de mes actions humanitaires. Mon chéri, je te remercie du fond du cœur d’avoir cru dès le départ en mon engagement et de m’avoir soutenue durant toutes ces années », a remercié la Première Dame. Revenant sur son engagement, la Première Dame a tenu à partager quelques-unes de ses projets majeurs qui lui tiennent à cœur. Ainsi, elle a cité l’Hôpital Mère-Enfant Dominique Ouattara de Bingerville ouvert au public en 2018. Avec un coût de construction de 25 milliards F CFA et plus de 5 ans de travaux, ce projet sanitaire est une immense fierté en ceci qu’il lui a permis de réaliser son vœu de mettre à la disposition des populations des soins de qualité. « L’hôpital Mère-Enfant de Bingerville accueille des patients venus de partout en Côte d’Ivoire et de la sous-région, et 25% d’entre eux, parmi les plus démunis, sont pris en charge gratuitement », a-t-elle rappelé. Elle a également évoqué son engagement pour la remédiation du phénomène de travail des enfants. Et le dernier point est le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI), le programme de financement de projets des femmes qui a permis à 340.000 femmes adhérentes d’être autonomes et épanouies et à plus de 2 millions de familles de sortir de la pauvreté.
Un amour pour son prochain, un besoin quasiment obsessionnel de faire le bien autour d’elle sans jamais rien attendre en retour si ce n’est la joie de voir les sourires. Telles sont les qualités de Madame Dominique Ouattara reconnues et louées par Madame Henriette Dagri Diabaté, Grande Chancelière de l’Ordre National. Et qui selon elle, justifient amplement son élévation à la dignité de Grand Officier de l’Ordre National. Poursuivant, Madame Henriette Dagri Diabaté a révélé que ces qualités sont reconnues à la fois au plan international que sur le plan national.
Des témoignages ont également meublé cette cérémonie riche en émotion. En effet, le Ministre Ally Coulibaly, Conseiller Spécial du Président de République, Madame Fanta Diakité, bénéficiaire du FAFCI et M. Akpro Essy Ezéchiel, ancien pensionnaire de la Case des Enfants, le centre d’accueil de la Fondation Children Of Africa ont respectivement rendu des témoignages émouvants sur l’épouse du Chef de l’Etat et sur l’impact qualitatif de ses actions sur leur vie.
Notons pour terminer que plusieurs prestations artistiques ont meublé cette cérémonie.
Ayoko Mensah
Légende photo :

 

Trêve sociale //Soro Mamadou (porte-parole des organisations syndicales) // « Nous défendrons partout le protocole d’accord… »

mercredi, 30 novembre 2022 10:43 Written by

Soro Mamadou est le de la Centrale syndicale Humanisme. L’une des centrales qui ont signé la trêve sociale avec le gouvernement ivoirien.  Il n’a pas dérogé à sa réputation de bon orateur. Au nom des organisations syndicales, en grand nombre au sein du palais des Congrès du Sofitel -Abidjan Hôtel Ivoire, le lundi 28 novembre 2022, à Cocody, il s’est engagé, pour la paix sociale, à défendre le protocole d’accord portant trêve sociale 2022-2027, dans le secteur public. Car selon le président de la Centrale syndicale Humanisme, c’est un très bon accord qui donne du tonus aux fonctionnaires et agents de l’État de Côte d’Ivoire.
Soro Mamadou n’a également pas manqué de dire que la deuxième édition des Journées de la fonction publique se tient dans un contexte d’allégresse, couronnement d’un dialogue social actif avec la signature, le 8 août 2022, du protocole d’accord portant trêve sociale dans le secteur public. Arguant que le protocole portant trêve sociale 2022-2027 dans le secteur public est l’expression même de la considération des pouvoirs publics à l’endroit des fonctionnaires et agents de l’État.Face aux efforts financiers déployés par l’État, les organisations syndicales se sont engagées à garantir l’assiduité des fonctionnaires et agents de l’État au travail, à assurer le travail bien fait, à lutter contre la fraude sous toutes ses formes et à renforcer l’efficience de la Fonction publique.
Pour le porte-parole des centrales syndicales, le protocole d’accord portant trêve sociale 2022-2027 et les organisations syndicales, à savoir l’Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire (Ugtci), la Confédération des syndicats libres dignité (Cisl-Dignité), la Fédération des syndicats autonomes de Côte d’Ivoire-Confédération (Fesaci-CG), Union nationale des travailleurs de Côte d’Ivoire (Unartci), la Centrale syndicale Humanisme (Humanisme), la Centrale plateforme nationale (Pfn) et la Coordination des syndicats de la Fonction publique (Cosyfop), est un excellent accord au regard du niveau des acquis évalués à 1135 milliards de FCfa.Les centrales syndicales souhaitent une audience auprès du Président de la République pour lui dire, de vive voix, merci et lui remettre un présent au nom des fonctionnaires et agents de l’État. Ayoko Mensah 

  source: fratmat.info

Dialogue social//Revalorisation du Smig en Côte D’Ivoire à 75 000Fcfa// CPU-PME.CI prend position et appelle un dialogue constructif

lundi, 28 novembre 2022 11:38 Written by

« La Confédération Patronale Unique des Pme de la Côte d’Ivoire (Cpu-Pme.CI) a pris connaissance, hier, mercredi 23 Novembre 2022, des recommandations de la Commission Indépendante Permanente de Concertation (Cipc), dont la Confédération n’est pas membre, concernant la revalorisation du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (Smig), à 75.000 Fcfa, soit une hausse de 25%.Les négociations évoquées dans les recommandations de la Cipc, n’ont fait l’objet d’aucun échange entre les membres du secteur privé national, aussi bien à Abidjan qu’à Yamoussoukro. Le texte a été signé le 7 novembre 2022, soit cinq jours avant le séminaire gouvernemental à Yamoussoukro.
Les recommandations ont fait ressortir que la hausse du Smig a pour point de départ la flambée des prix, due à la crise mondiale liée à la Covid-19 et aux conséquences de la guerre en Ukraine. Cependant ce contexte ne permet pas, en principe, une augmentation du Smig car non opportune.En effet l’application d’une telle recommandation entraînerait des licenciements, du travail au noir, la dépréciation du travail, l’exacerbation de l’informel ainsi qu’un renchérissement des prix à la consommation, d’une manière ou d’une autre, si les mesures d’accompagnement adéquates ne sont prises. La Cpu-Pme.CI, première puissance patronale ivoirienne, dénonce la manière dont cette décision a été prise, elle dénonce également le déséquilibre au niveau de la constitution de la Cipc au sein de laquelle elle doit faire son entrée. Elle demande la restructuration de la Cipc, pour tenir compte des nouveaux acteurs. Elle invite les syndicats des travailleurs à une meilleure appréciation de la situation économique des Pme ivoiriennes et à un dialogue constructif. »Le PrésidentDr Moussa Elias Farakhan DIOMANDECOMMUNIQUÉ N° 094 DU 24/11/2022

 

Aide et assistance // Autonomisation économique de la femme// La fondation Awi dévoile son portail Awi Boost et les bénéficiaires de son incubateur

mardi, 22 novembre 2022 19:33 Written by

La Fondation African women initiatives (Awi) qui promeut et valorise les initiatives des femmes africaines entrepreneures a procédé à la présentation de son portail Awi Boost et la remise d’attestations de fin de formation aux bénéficiaires de son incubateur Awi Talents, le lundi 21 novembre 2022, à la Caistab à Abidjan-Plateau.
Cette cérémonie a été rehaussée par la présence de personnalités au nombre desquelles Mme Yoli-Bi Koné Marguerite, représentante de la ministre Nasseneba Touré.
« Pour ma part, a-t-elle laissé entendre, je transmettrai à madame la ministre fidèlement la doléance pour faire de la fondation Awi une Ong d’utilité publique. Cette stratégie d’accompagner les femmes entrepreneures à travers l’incubateur Awi Talent est très impactant, merci, merci… », a indiqué la représentante de la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, avant de féliciter la fondation Awi pour ses différentes initiatives.
Le coordonnateur de la fondation Awi, Arnaud Boni, a indiqué que le portail Awi est la porte d’entrée des différents outils de développement de cette Fondation à la disposition des femmes entrepreneures. Selon lui, le portail Awi Boost a été mis sur pied dans le but d’aider les femmes de la chaîne des valeurs agricoles, en recensant leurs besoins et en apportant un accompagnement pour la structuration de leur entreprise. Et d’ajouter que « le processus de prise en charge du portail se décline comme suit : l’identification des femmes entrepreneures, la catégorisation des besoins, l’orientation et l’adressage desdits besoins ».
Il a relevé les 9 outils composants ce portail. Il s’agit d’Awi permanences, le programme « Ma cantine », le programme Cewa, l’incubateur Awi Talents, Awi Boost, Cêwa Magazine, le Forum femme et développement (Fofed), les Journées de la femme entrepreneure (Jifa) et la Journée internationale de la femme africaine (Jifa).
Dans le cadre de l’incubateur AWI talents, 15 femmes entrepreneures ont reçu leurs attestations de fin de formation. Elles sont spécifiquement de la petite agro transformation, et font partie de la base de données Awi Boost.
Cette première cohorte de ce programme de renforcement des capacités, lancé le 10 mars 2022, a bénéficié d’une formation en nutrition, marketing, communication digitale, protection des marques, ainsi que l'accès au financement, sur une période de douze semaines du 16 juin au 08 septembre 2022. Leurs entreprises ont été formalisées, déclarées à la Cnps, et elles possèdent désormais une carte de commerçant en plus d’une police d’assurance d’un an offert par une compagnie d’assurance.
« Nous sommes très heureuses d’avoir participé à ce programme de formation qui a permis de nous remettre en cause et améliorer le fonctionnement de nos entreprises. C’est pourquoi, nous tenons à remercier Mme Mariam Fadiga Fofana qui nous a offert cette opportunité de renforcement de nos capacités et la formalisation de nos entreprises », a déclaré Mme Koné Isabelle, porte-parole des récipiendaires, promettant d’en faire bon usage des acquis.
L’ingénierie de la formation (la qualité du processus de formation) et l’ingénierie pédagogique (la qualité du projet formatif) ont été attestées par l’Inspecteur général de l’Enseignement technique, Zoko Sébé Charles, qui a prodigué de sages conseils aux récipiendaires.
La Pca de la fondation, Mariam Fadiga Fofana, a salué la bravoure de ces femmes proactives à la recherche d’autonomisation économique, en vue de contribuer au développement social de leurs communautés.
« Le portail est la porte d’entrée de tous les programmes de la fondation, il contribue à revitaliser et à booster les activités des femmes entrepreneures, intervenant sur toute la chaîne de valeur agricole, des zones urbaines et rurales », a-t-elle expliqué, espérant que cette formation leur permettra de redynamiser leurs activités, afin de devenir des championnes nationales impactant leur environnement.
« (…) la fondation qui œuvre sans relâche à l’autonomisation des femmes et au développement communautaire, ne ménagera aucun effort, afin de bâtir de jour en jour un réseau d’opportunités pour les femmes africaines », a promis Mme Mariam Fadiga Fofana.
Le directeur de la compétitivité au ministère du Commerce, de l’industrie et de la promotion des Pme, Essé Rodrigue a noté que cette activité vient en complément de la stratégie du ministère pour l’éclosion des Pme et unités industrielles, et surtout les Tpe. M. Essé a aussi rappelé plusieurs actions du gouvernement pour le développement du secteur vivrier et de l’agro transformation locale.
Cynthia Curtis, Coordonnateur national du programme pays de renforcement des capacités (Pprc), et marraine de cette cérémonie, a fait un plaidoyer auprès de Mme Yoli-Bi Koné Marguerite, conseiller technique au ministère de la Femme, de l’enfant et de la famille, pour que la fondation Awi ait un statut d’Ong d’utilité publique.
Avant d’ajouter que son ministère s’engage à soutenir cette fondation pour donner la chance à un plus grand nombre de femmes de renforcer leurs capacités. « (…) en tant que première promotion, vous devez servir d’exemples aux promotions à venir en utilisant ce que vous avez appris pour améliorer vos acquis en entreprise », a encouragé Mme Curtis.
Gertrude Koné Kouassi, directrice exécutive de l’Union nationale des entreprises de télécommunication (Unetel), et marraine de cette cohorte, a abondé dans le même sens en insistant sur le fait que la fondation a besoin aussi d’être accompagnée dans ses activités.
« Je me réjouis d’être la marraine de cette première promotion, et je voudrais remercier la Pca et toute l’équipe de la fondation qui m’ont fait cet honneur », s’est félicité Mme Gertrude Koné, avant d’encourager ses filleules à avoir de grands rêves.
Ayoko Mensah ( Sercom Awi)

 

Page 1 sur 32

sys bannière