Prix bord champs: Cacaco 825 Fcfa, Kg;  Café  700 Fcfa Kg,  Hevea 275 Fcfa; Anacarde 350 Fcfa

mercredi 17 août 2022
sys bannière

CI- Tradition// Affaire présentation officielle du Chef Suprême des Koulango // Le pétard mouillé des adversaires d’Adjoumani

Facebook Twitter Google LINKEDIN
CI- Tradition// Affaire présentation officielle du Chef Suprême des Koulango // Le pétard mouillé des adversaires d’Adjoumani

Le 30 juillet 2022, le Ministre d’État, KOBENAN Kouassi Adjoumani a pris part, en tant que haut patron, à la cérémonie de présentation officielle du Chef Suprême des Koulango (Gontougo) Dagbolo Lango II à Dinaoudi, dans la sous-préfecture de Taoudi, département de Bondoukou.Au lendemain de cette célébration qui a connu un grand succès populaire, avec la présence distinguée de leurs Majestés Nanan Adingra Kwasi Adjemane , roi des Bron et de Dagbolo Niguè Gliman Roi de Bouna , la mobilisation exceptionnelle de plus de cent quarante (140) chefs de village, des populations venues de toute les contrées de la région ainsi que du corps préfectoral, grande a été notre surprise de lire à travers un document publié sur les réseaux sociaux et par voie de presse, la réaction du coordonnateur régional du PPA-CI du Gontougo, un certain Dapa Donatien alias Hessan Bobing , fils de la région.      Ce militant du parti de Laurent Gbagbo s’est insurgé, en effet, avec une violence inouïe contre la présence du Ministre d’État Kobenan Kouassi Adjoumani à la cérémonie du 30 juillet. Une présence qui selon le pourfendeur du Ministre d’État n’aurait pas d’autre visée que de porter atteinte à la cohésion du peuple Koulango, de diviser ses filles et ses fils.RAPPEL DES FAITS :Il est bon de rappeler que le siège de chef suprême des Koulango était resté vacant depuis 2011, suite à la fuite vers le Ghana de l’ex- chef suprême Dagbolo Saye 1er. Afin de combler le vide ainsi laissé, ses pairs décident, en toute souveraineté, de le remplacer par son porte-canne Dagbolo El Hadj Togominigno qui prit pour nom de règne, Lango I. Nous sommes en 2016. Après ce changement, le sieur Dapa ne trouva rien à redire.Suite au rappel à Dieu de Dagbolo Lango I en août 2018, Lango II, qui était son porte-canne d’alors lui succède en 2019. C’est donc bien plus tard, après son intronisation intervenue en 2019, que le Ministre d’État en tant que leader de la région, accepte, en 2022, d’honorer par sa présence la cérémonie de présentation du nouveau chef suprême des Koulango aux autorités. HISTOIRE DU CHEF SUPRÊME DES KOULANGO :      L’histoire de la chefferie suprême des koulango, contrairement, à d’autres organisations traditionnelles, n’est pas d’ordre ancestral. Elle remonte à un peu plus de deux décennies. Dès lors, il apparait incongru de vouloir la comparer, comme le fait le sieur Dapa, à des monarchies centenaires comme celle de la couronne britannique.       En outre, il convient de relever que l’initiative de la création de la chefferie traditionnelle suprême des koulango du Gontougo date des années 1990.  Les initiateurs sont le Député Kabran Kouman Faustin et le Doyen Fry Kouadio, deux personnalités qui ont d’ailleurs pris une part effective à la cérémonie de Dinaoudi, comme pour donner leur caution morale à cet événement. Ces deux doyens qui sont toujours vivants peuvent donc être considérés à juste titre comme les dépositaires et les garants moraux de la succession au titre de la chefferie suprême des koulango.        Vouloir donc contester la légitimité du chef Lango II qu’ils ont installée en toute indépendance et conformément aux usages procède d’un acte de mauvaise foi et d’une volonté manifeste de semer la confusion et la division au sein d’une communauté. sIl apparait important de rappeler que le chef Dagbolo Saye 1er qui était le chef suprême des koulango de 1998 à 2011 a pris la décision de s’exiler au Ghana (pour des raisons personnelles) à la suite des évènements de 2011.  Approché à sept reprises au cours de la période allant de 2011 à 2016 par des missions de dignitaires Koulango expressément envoyées au Ghana pour tenter de le convaincre de regagner son pays afin de reprendre ses fonctions à la tête de la chefferie suprême, il opposa fermement une fin de non-recevoir à toutes ces tentatives.  Or, il est de notoriété en pays koulango que le chef qui est considéré comme l’ultime rempart ne peut fuir en abandonnant son peuple même en situation de crise. C’est donc à son corps défendant que la chefferie koulango décide, en 2016, d’introniser à Bondo un nouveau chef suprême des Koulango à savoir le porte-canne du chef démissionnaire. Il prend le nom de Lango I. Malheureusement, le 18 août 2018 ce dernier décède.Le 05 aout 2019, un nouveau chef est intronisé à Bondo.  Il prend le nom de Lango II. En 2021, celui-ci adresse un courrier au Ministre d’État Adjoumani pour solliciter son parrainage lors de la cérémonie marquant sa sortie officielle.  De report en report, c’est finalement le samedi 30 juillet dernier, soit, trois ans après son intronisation, que s’est déroulée la cérémonie de présentation officielle à Dinaoudi, localité située à une centaine de kilomètres de Bondoukou. NOTRE POSITION :     Au regard de ce qui précède, il apparait tout à fait malveillant de vouloir prêter au Ministre d’État Kobenan Kouassi Adjoumani des intentions aussi sombres car, en réalité, la présence du Ministre d’État à Dinaoudi le 30 juillet 2022 avait pour seul et unique objectif de répondre non seulement à l’appel de ses parents Koulango mais aussi de participer à la célébration de la cohésion autour du nouveau chef suprême intronisé depuis 2019.       Aussi, contrairement aux allégations mensongères du sieur Dapa Donatien, le Ministre d’État n’était pas présent à Dinaoudi ce 30 juillet pour introniser un chef. Il ne pourrait donc être indexé comme un diviseur. Bien au contraire.C’est aussi le lieu de s’interroger sur les réelles motivations du sieur Dapa Donatien. Mène-t-il un combat partisan pour ramener dans le giron de la chefferie suprême des koulango un camarade de parti qui a abandonné son peuple depuis 2011 et qui avait refusé de revenir dans son pays en dépit des multiples appels de ses pairs ou alors agit-il pour restaurer la légitimité d’un chef qui a perdu la confiance de son peuple ?A notre grande surprise, le sieur Dapa Donatien, coordonnateur régional PPA-CI de Bondoukou, a porté ses récriminations contre la présence du Ministre d’État à la rencontre du 30 juillet en liant cette activité traditionnelle à la politique. Peut-on poser un problème de chefferie traditionnelle et le signer avec son titre de représentant de parti politique ? La forme a immanquablement trahi le fond.      En agissant ainsi M. Dapa Donatien a dévoilé en effet ses vraies motivations. Car le combat qu’il porte est purement politique. Et d’ailleurs, cela n’a échappé à personne puisqu’il est de notoriété publique dans la région et même partout en Côte d’Ivoire que Dagbolo Saye 1er, grand ami de Laurent Gbagbo, pour qui il fait tout ce vacarme s’est toujours affiché lui-même comme un militant indécrottable du FPI puis du PPA-CI. De toute évidence, le problème qui est posé ici est assez simple. Dapa Donatien, coordonnateur du PPA-CI se bat pour remettre en selle un chef qui est en réalité un soutien politique, un homme lige de M. Gbagbo.Le coordonnateur local du PPA-CI a donc pensé que la seule façon de permettre à Gbagbo de reconquérir les cœurs des Koulango, c’était de tout mettre en œuvre pour repositionner Saye 1er au cœur de la chefferie suprême, et lui donner ainsi l’influence nécessaire pour inverser la tendance politique au profit de Gbagbo et du PPA-CI.       Malheureusement pour lui, cette question a été tranchée depuis 2016 par la chefferie Koulango qui, en toute indépendance et après avoir essuyé plusieurs refus du chef démissionnaire, a pourvu à son remplacement. Le chef Saye 1er fait désormais partie du passé.       Le nouveau chef des Koulango du Gontougo s’appelle Dagbolo Lango II, n’en déplaise aux esprits chagrins.    Qu’il soit noté une bonne fois pour toute, le Ministre d’État Kobenan Kouassi Adjoumani, en acceptant d’être le haut patron de la cérémonie de présentation officielle de ce dernier, n’a posé aucun acte de nature à mettre à mal la cohésion du peuple Koulango. Bien au contraire, s’inscrivant dans la vision du Président de la République S.E.M Alassane Ouattara, et en tant que leader de référence, le Ministre d’État Kobenan Kouassi Adjoumani a toujours œuvré dans le sens du raffermissement de la cohésion entre les différentes communautés du Gontougo.
       LE SERVICE DE COMMUNICATION DU MINISTRE D’ÉTAT KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI