Prix bord champs (Octobre 2022): Cacao 900 Fcfa, Kg;  Café  750 Fcfa Kg,  Hévéa 344 Fcfa; Anacarde 305 Fcfa

vendredi 9 décembre 2022
sys bannière

Ci- Cacao//Durabilité du cacao et nouvelles exigences des consommateurs// Des coups de gueules des producteurs et des régulateurs

Facebook Twitter Google LINKEDIN
Ci- Cacao//Durabilité du cacao et nouvelles exigences des consommateurs//  Des coups de gueules des producteurs et des régulateurs

Bientôt   les nouvelles campagnes cacao ivoiriennes et ghanéennes vont s’ouvrir (le premier octobre prochain en Côte d'Ivoire et au Ghana), la question du prix payé au planteur est plus que jamais sur la table. Mais celle aussi de la durabilité, avec de nouvelles exigences de l’Union européenne qui se prépare à interdire l'importation de cacao issu de terres déboisées après 2020. Qui doit payer pour un cacao durable à grande échelle ?  Rfi a posé la question à plusieurs acteurs et voici les réponses. 

Anicette Asseu égrène les certifications que possède sa coopérative en Côte d’Ivoire la Socaan. Des certifications qui demandent beaucoup de travail. « Nous sommes certifiés Ra (Rain Forest), nous sommes certifiés Fairtrade, à chaque fois, il y a des contrôles. Donc si jamais nous ne respectons pas, nous aurons d’énormes difficultés », explique Anicette Asseu, puis elle ajoute : « On essaie de respecter les normes, la durabilité, on contribue aussi à la lutte contre le réchauffement climatique en reboisant. Donc, je pense que le prix qu’on paye pour le cacao durable n’est pas suffisant, car nous faisons beaucoup d’efforts. »
Et c’est parce que les planteurs font déjà beaucoup d’effort que Mohamed Ouedraogo, président du conseil d’administration de cette coopérative qui regroupe 3 000 membres, estime que la prime versée par les broyeurs n’est pas assez élevée. « Notre requête, c’est que le cacao durable que nous faisons reçoive plus de prime », dit-il. « Donc si les gens peuvent augmenter de cent francs la prime de certification, ce sera bien. Aujourd’hui, nous ne touchons que 60 francs. »
Mieux rémunérer le travail60 francs CFA par kilo de fèves certifiées, soit moins de 10 centimes d’euro. Pour exiger plus en matière de durabilité, les primes ne suffisent pas, explique Michel Arrion, directeur exécutif de l’Organisation internationale du cacao. « On se rend compte enfin que le prix du cacao est loin du coût économique du cacao. C’est-à-dire que quand le cacao produit des effets néfastes sur l’environnement, ou qu’il est accompagné de pratiques comme le travail des enfants ou le travail mal rémunéré, tout cela a un coût économique. »

Pour que la durabilité devienne réalité, les consommateurs qui achètent le cacao, mais aussi les industriels qui le transforment, sont appelés à ne pas se dérober. « Nous sommes conscients que certains jouent un double jeu », assure Yves Ibrahima Kone directeur général du Conseil café cacao en Côte d'Ivoire. « Certains aussi parmi les industriels regardent dans la même direction que nous. Si le planteur n’est pas bien payé, il va arrêter les fèves de cacao, et il fera autre chose. Il n’y aura plus de chocolat. »
Et c’est avec ceux-là que la Côte d'Ivoire entend désormais avancer. Sans nouveau partenariat, sans sursaut collectif, et sans un peu plus de bonne foi de part et d’autre, pour reprendre les mots d’un acteur de la filière, le concept de cacao durable risque de rester cantonné aux expériences actuelles qui ne concernent que de faibles volumes. Source : Rfi

sys bannière